Incendies en Australie : 40.000 personnes évacuées à Adelaïde

le
0
Incendies en Australie : 40.000 personnes évacuées à Adelaïde
Incendies en Australie : 40.000 personnes évacuées à Adelaïde

De violents incendies de brousse menaçent samedi des habitations dans la région d'Adelaïde, dans le sud de l'Australie. Les autorités du pays mettent la population en garde contre l'un des pires épisodes climatiques dans la région depuis les incendies catastrophiques de 1983.

Selon des responsables locaux, les collines d'Adelaïde, un site réputé pour sa production vinicole, situé au nord-est de la ville, font face à un terrible incendie accompagné de «vents violents et de fortes températures», contre lequel il est difficile de lutter. La zone est habitée par quelque 40 000 personnes qui ont été appelées à quitter leur domicile au plus vite par les autorités locales. «Il n'y a pas un service de pompiers au monde qui pourrait venir à bout de l'incendie dans les conditions actuelles», a lancé aux habitants qui quittaient la zone un responsable des pompiers, Ian Tanner.

«Votre vie est en danger», a prévenu le Premier ministre de l'Australie du Sud, Jan Weatherill. «Cela pourrait être catastrophique pour vous d'attendre trop longtemps pour vous décider à partir». «Nous faisons face en ce moment à un incendie extrémement dangereux», a déclaré le chef des pompiers d'Australie du Sud, Greg Nettleton. Au total, 500 pompiers volontaires combattent les brasiers par des températures supérieures à 40° indique le journal The Australian. Cinq habitations ont été détruites, un chiffre qui devrait s'aggraver du fait de vents atteignant 110 km/h.

L'incendie s'étend sur près de 5.000 hectares

Alors que l'incendie couvrait 154 hectares vendredi après-midi, il s'étendait samedi après-midi sur près de 5.000 hectares, sur un périmètre de 38 kilomètres. Et les pompiers n'espéraient pas pouvoir l'arrêter tant que la météo ne changerait pas. «C'est assez effrayant», a raconté à l'agence australienne AAP un habitant qui avait quitté sa maison, et attendait maintenant de savoir si elle était encore debout. «Vous avez ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant