Incarcéré, le commissaire Neyret va être suspendu

le
0
Le numéro 2 de la PJ de Lyon est notamment mis en examen pour «corruption», dans le cadre d'une enquête ouverte en marge d'une affaire de trafic de stupéfiants. Avec une vidéo BFMTV

«Superflic», «poulet à l'ancienne», «figure» et même «seigneur de la PJ». Que n'a-t-on entendu sur le «numéro deux» de la police judiciaire lyonnaise? On croyait la race des «grands flics» éteinte depuis longtemps, mais voici qu'elle ressuscite sous les traits d'un quinquagénaire à la barbe de trois jours. Cuisiné en garde à vue par les «bœuf-carottes» de l'IGS, ce commissaire, Michel Neyret, a dû s'expliquer sur ses liaisons dangereuses avec le milieu. Il est accusé notamment d'avoir accepté des cadeaux des voyous, pris des libertés avec les scellés de drogue, roulé en Ferrari ; bref, on le suspecte d'aimer un peu trop ce qui brille et d'avoir entraîné dans sa marginalité des collègues qu'il tenait visiblement sous influence. «Et maintenant, il risque d'en prendre pour dix ans», pronostique, pessimiste, l'un des vieux briscards qui le vit débuter dans les années 1980.

Dès sa sortie de l'école des commissaires, Neyret témoigne d'évidentes pr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant