Incarcéré, Assange conserve son pouvoir de nuisance

le
0
Le fondateur de WikiLeaks aurait pris toutes les dispositions pour s'assurer que les fuites se poursuivent, quel que soit le sort qui lui sera réservé.

Julian Assange est arrêté, son compte en Suisse fermé, tous les virements vers son organisation bloqués... et les cyberattaques continuent de se multiplier contre son site Internet. Mais WikiLeaks n'est pas pour autant réduit au silence. Le journaliste australien, devenu l'ennemi public numéro 1, a assuré avoir pris toutes les dispositions pour s'assurer que les fuites se poursuivront, quel que soit le sort qui lui sera réservé. «Tout ça va continuer comme jamais», a confirmé ce mardi James Ball, collaborateur de WikiLeaks.

Quatre chefs d'inculpation ont été retenus contre le fondateur de WikiLeaks par la justice suédoise: un pour coercition, deux pour violence sexuelle et le dernier pour viol. Selon son avocat, la justice de Stockholm parlerait même de «sexe par surprise». «Ce délit, dont le sens nous échappe, n'existe nulle part hormis dans le Code pénal suédois», fulmine Me Mark Stephens. Ces infractions auraient été commises en août. Julian Assange

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant