Inauguration d'un musée Arafat à Ramallah, 12 ans après sa mort

le
0
    par Ali Sawafta 
    RAMALLAH, Cisjordanie, 10 novembre (Reuters) - Douze ans 
après sa mort, un musée consacré à Yasser Arafat a ouvert ses 
portes jeudi à Ramallah, en Cisjordanie, mettant en avant 
notamment sa lutte armée en faveur de l'avènement d'un Etat 
palestinien. 
    Sur deux étages, de part et d'autre de quatre couloirs, le 
musée conduit les visiteurs à travers les étapes de la vie 
politique du chef de l'OLP : l'exil en Tunisie et au Liban, le 
retour en Cisjordanie, le prix Nobel de la paix en 1994, partagé 
avec les dirigeants israéliens Yitzhak Rabin et Shimon Peres, 
puis les deux "intifadas" (soulèvements) contre l'occupation 
israélienne des territoires. 
    Les couloirs mènent au coeur du "sanctuaire" de Yasser 
Arafat, la Moukata, siège de l'Autorité autonome où le dirigeant 
vécut retranché durant près de trois ans. Yasser Arafat, qui 
s'est éteint le 11 novembre 2004 à l'âge de 75 ans, repose 
aujourd'hui dans l'enceinte de la Moukata. 
    Sur son bureau, le visiteur découvre une pile de documents 
retenue par une mitraillette et un exemplaire du Coran, et dans 
la salle des gardes un AK-47 posé contre le mur. On peut voir 
aussi exposé le revolver qu'il portait sur lui. 
    Plus largement, le musée retrace la montée du sentiment 
national palestinien depuis le début du XXe siècle, la lutte en 
faveur d'une reconnaissance internationale, la confrontation 
avec Israël après la fondation de l'Etat juif en 1948. 
     
    DES ENIGMES 
    Photos et vidéos d'archives illustrent grandeur et misère de 
la vie de celui qui avait pris pour nom de guerre Abou Ammar : 
les poignées de main avec l'ancien président américain Bill 
Clinton et l'ancien Premier ministre israélien Ehud Barak, les 
bulldozers rasant certains pans de la Moukata, que Yasser Arafat 
ne quitta pratiquement pas de 2002 à 2004, alors qu'elle était 
assiégée par les Israéliens.  
    Le musée remet aussi en mémoire le discours historique 
prononcé par le chef de l'OLP, en novembre 1974, devant 
l'Assemblée générale des Nations unies à New York. 
    Plusieurs points de la vie de Yasser Arafat demeurent 
mystérieux. Le musée informe qu'il est né le 4 août 1929 dans la 
vieille ville de Jérusalem, avant de vivre au Caire. 
    Certains historiens disent plutôt qu'il est né au Caire et 
n'est allé à Jérusalem qu'à l'âge de quatre ans, à la mort de sa 
mère. D'autres pensent qu'il est né à Gaza, l'enclave 
palestinienne au bord de la Méditerranée. 
    Sa mort également est matière à controverse. Les médecins 
égyptiens et jordaniens accourus à son chevet n'avaient pu se 
prononcer sur la cause de la dégradation de son état de santé, 
et Arafat, transféré en France, mourut à Clamart deux semaines 
après l'apparition des symptômes de sa maladie. 
    Son épouse Souha maintient qu'il a été empoisonné avec une 
substance voisine du polonium et telle est la thèse que retient 
le musée, en imputant un tel empoisonnement à Israël, ce que 
l'Etat hébreu dément fermement. 
 
 (Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant