Iñaki Williams, ou le Bilbao 2.0

le
0
Iñaki Williams, ou le Bilbao 2.0
Iñaki Williams, ou le Bilbao 2.0

Irrésistible face au Real Madrid, Iñaki Williams s'est transformé en symbole de l'Athletic Bilbao. Mais plus que son statut de premier joueur d'origine africaine à porter le jersey basque, il en est surtout l'une des plus belles promesses.

La 75e minute du dernier rendez-vous de l'Athletic Bilbao dans son San Mamés dégageait une saveur toute particulière. Sous les cris de "Iñaki, Iñaki, Iñaki", l'antre des Leones s'offrait un bonheur aussi simple que touchant. L'hommage au dernier né de sa cantera, Iñaki Williams, remplacé par Guillermo, était autant le symbole d'une victoire homérique face à l'ennemi castillan de toujours que d'une première dans l'histoire plus que centenaire du club. Car oui, en 117 années de joie et de souffrance, jamais le peuple zuri-gorriak n'avait pu ovationner un joueur dont les deux parents sont africains. "Une fierté", dixit Daniel Ruiz Bazan, illustre attaquant de l'Athletic, qui n'en est plus à une révolution près sur les bords des côtes Atlantique de l'Espagne. Plus que ses origines venant du Berceau de l'Humanité, Iñaki Williams détonne également dans le modèle de formation basque. "Du dribble, de la vitesse, de la percussion", selon les dires d'Iban Lumbreras, l'un de ses formateurs, sont quelques-unes des qualités qu'apportent le jeune attaquant de 20 ans. Présentation d'un jeune homme qui transpire "l'amour du football".
Du camp de réfugiés aux champs navarrais
"À la connaissance de son histoire, on comprend mieux la personne", entame Iban Lumbreras, son entraîneur durant deux saisons au Club Deportivo Pamplona. Son histoire prend racine à Accra. Bien avant sa naissance, c'est dans un camp de réfugiés proche de la capitale du Ghana que se rencontrent ses deux parents. Félix Williams, exilé libérien à cause de la guerre civile, et Maria Arthuer, Ghanéenne de naissance, décident d'embarquer ensemble vers le Vieux Continent. Ils débarqueront à Bilbao et y donneront naissance, en juin de la même année, au jeune Iñaki. En cette année 1994, ces deux immigrés enchaînent les petits boulots. Du travail des champs à celui du soin des animaux, ils emménagent finalement à Pampelune. Dans la capitale de Navarre, Iñaki prend sa première licence et tape illico dans l'œil des recruteurs de l'Athletic. Sitôt recruté à dix ans, il est renvoyé à son premier club. Iban Lumbreras, qui l'a bichonné de ses 16 à ses 17 ans, se souvient : "Il vient d'un milieu où rien ne lui était donné, il n'avait pas les facilités dans sa vie quotidienne que celles des autres joueurs de son âge".



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant