Votre partenaire pour investir

L'interview de Marc Favard (Amilton AM) : « Nous attendons un CAC 40 en hausse de 15% en 2013 »

Boursorama le
49
Retour des flux vers les actions, primes de risque en baisse, environnement économique en amélioration... le scénario retenu promet un bon millésime 2013 sur les actions selon Marc Favard, directeur général d'Amilton AM.

Quel est votre scénario 2013 pour les marchés actions ?

Marc Favard : Nous sommes raisonnablement optimistes. Trois moteurs vont s'additionner et se compléter : le retour des flux vers les marchés actions car les marchés obligataires n'offrent que peu d'alternatives (les bonnes signatures rapportent à peine 1,5%) et le cycle de progression des prix des matières premières est plutôt derrière nous ; les primes de risques devraient continuer de refluer et enfin les entreprises ont fixé des objectifs de croissance de bénéfices atteignables qui ne constituent plus un frein pour la croissance de leur activité, contrairement à 2012. Or, les actions restent la classe d'actifs la moins chère tout en offrant des rendements moyens supérieurs à 3,5%. Cet optimisme mesuré nous amène à prévoir un Cac 40 en hausse de 15% cette année.

Le contexte macroéconomique reste tout de même peu enthousiasmant...

M.F : Bien entendu mais la zone euro a trouvé en 2012 des réponses crédibles à la crise. Au niveau mondial, les politiques monétaires mises en oeuvre vont continuer de faire baisser les primes de risques et le coût du capital. De même, l'étalement des mesures d'austérité en Europe et une politique de l'offre plus dynamique devraient produire leurs effets. Des bonnes surprises ne sont pas à exclure à partir du milieu du premier semestre 2013. Les marchés ont compris que l'austérité financière n'était pas la panacée. Certes, les difficultés restent grandes, notamment pour la France, mais l'inflexion par rapport à 2012 est positive pour les investisseurs. Quant aux Etats-Unis, le risque de rechute est faible et le taux de chômage pourrait repasser sous les 6,5%.

La France vous inquiète ?

M.F : Elle sera sous le feu des projecteurs en 2013. Elle va être le premier emprunteur européen sur les marchés et aura du mal à tenir ses objectifs de déficits (3%). La France a pris du retard en matière de réformes structurelles même si la trajectoire engagée pour réduire sa dette devrait au final satisfaire les marchés.

Où investir en 2013 ?

M.F : Au niveau géographique, les valeurs européennes vont bénéficier des deux moteurs évoqués plus haut (retour des flux et prime de risque en baisse). Pour les valeurs américaines, je privilégierais les convictions sectorielles : valeurs technologiques, immobilières etc. Pour les émergents, l'Asie est à privilégier par rapport à l'Amérique latine. Le Japon peut être un pari intéressant mais l'investisseur devra se couvrir sur le change.

Quelles valeurs privilégier ?

M.F : La santé dont le potentiel dans les pays émergents reste important (Sanofi, Gilead, Roche), les financières (Mediobanca, Bank Of America, Société Générale) dont la décote reste élevée et les valeurs de rendement pérenne (Unilever, Axa). On peut aussi mettre en portefeuille des valeurs industrielles comme Alstom et General Electric etc. Du côté des valeurs moyennes, nos choix se portent vers Esker, Esi Group, Montupet et Lectra.

Propos recueillis par Julien Gautier