Impôts, retraites, réponse au Medef : ce qu'il faut retenir du discours de Valls

le
7
Impôts, retraites, réponse au Medef : ce qu'il faut retenir du discours de Valls
Impôts, retraites, réponse au Medef : ce qu'il faut retenir du discours de Valls

Un geste en faveur des petites retraites, une réponse cinglante au Medef, une flèche adressée à l'Allemagne et à Bruxelles... Tout au long de son discours de politique générale, qui a duré 45 minutes, Manuel Valls a semblé vouloir donner, sur chaque sujet, des gages à la gauche du PS, dans un souci d'apaisement avec sa majorité. Sans pour autant renier sa politique de réduction des dépenses publiques.

A la tribune, le Premier ministre a fait peu d'annonces et balayé une kyrielle de sujets, avec à chaque fois la volonté de prouver qu'il partageait les «valeurs chères à la gauche», mais aussi qu'il était le garant de l'unité nationale. Voici ce qu'il faut retenir de son discours de politique générale.

Un coup de pouce pour les retraités modestes. Alors que le gouvernement a annoncé la semaine dernière qu'il comptait ne pas revaloriser les retraites inférieures à 1200 euros, contrairement à sa promesse, en raison d'une inflation trop faible, Manuel Valls fait machine arrière. Ainsi annonce-t-il «une prime exceptionnelle» à ces retraités, d'un montant de «40 euros». Il confirme par ailleurs que le minimum vieillesse sera revalorisé à 800 euros par mois, contre 792 euros à l'heure actuelle. 

Une baisse d'impôt sur le revenu pour 6 millions de ménages en 2015. Cette mesure a profité à 4 millions de ménages cette année. «Nous poursuivrons ce mouvement en 2015», affirme Manuel Valls.

Les 35 heures sanctuarisées. Le Premier ministre n'a semble-t-il pas apprécié les propositions chocs du Medef (moins de jours fériés, des salaires en-dessous du Smic). Il a d'ailleurs mis en garde le patronat : «Personne - et je le dis clairement au patronat - ne doit prendre le risque d'affaiblir, par je ne sais quelle provocation, par je ne sais quelle surenchère, l'indispensable dialogue social qui est la marque de ce quinquennat», a-t-il déclaré avant d'assurer qu'il n'y aurait «pas de remise en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mercredi 17 sept 2014 à 09:42

    toujours pas les réformes nécessaires au redressement du pays.QUE DU CLIENTÉLISME. L'exemple doit venir d'en haut on attend toujours

  • 11246605 le mercredi 17 sept 2014 à 09:09

    Son discours nous montre encore une fois que ce gvt n'est pas celui de tous les français, mais seulement de la gauche et de leurs électeurs. La France se meurt, mais Valls continue le jeu hollandais => en 2017, déficit à 5% ?

  • knbskin le mercredi 17 sept 2014 à 08:29

    Toujours pas le moindre élément de réponse aux vrais problèmes du pays : http://www.boursorama.com/monbourso/redaction-participative/plus-de-la-meme-chose--et-si-on-changeait-un-peu-830

  • knbskin le mercredi 17 sept 2014 à 08:08

    Il est clair que le gouvernement n'a rien oublié ni rien appris depuis mai 2012 : Il faut toujours faire plaisir à l'extrême-gauche, jusqu'à la ruine du pays ... http://www.boursorama.com/monbourso/redaction-participative/cice--pacte-de-responsabilite--ou-l-art-de-tourner-autour-du-pot-1143

  • bordo le mardi 16 sept 2014 à 23:36

    Des mouvements de menton ne font pas une politique. Manolo, fuera !

  • fbordach le mardi 16 sept 2014 à 22:12

    Pipeau! Bientôt le pédalo gouvernemental percutera l'iceberg de la réalité, mais c'est la France qui sombrera!

  • M4819602 le mardi 16 sept 2014 à 19:20

    et pourquoi pas cette bonne idée suggérée sur ce site: http://jean.edmond.free.fr/lannee-de-372-jours.html