Impôts : quelle est la fiscalité des intérêts et dividendes ?

le
0

Les intérêts et dividendes font actuellement, chaque année, l'objet d'un acompte fiscal. Comment évolue l'imposition de ces revenus de capitaux mobiliers avec la flat tax ?

La fiscalité actuelle des intérêts et dividendes

Depuis janvier 2013, les intérêts et dividendes sont imposés selon le barème progressif de l'impôt sur le revenu, après un abattement de 40 %. Chaque année, un acompte fiscal est retenu par l'intermédiaire financier. Il s'élève à 24 % pour les intérêts et 21 % pour les dividendes (+15,5 % de prélèvements sociaux dans les deux cas) et est déduit de l'impôt à régler l'année suivante, l'éventuel excédent étant restitué au contribuable.

L'acompte fiscal maintenu avec la flat tax

Le prélèvement d'un acompte fiscal sur les intérêts et dividendes sera maintenu en 2018, malgré la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (ou flat tax). Comme le précise le dernier projet de loi de finances, ce prélèvement à la source ne sera plus que de 12,8 %, qui additionnés des 17,2 % de CSG, constitueront le PFU de 30 %. Les contribuables soumis au PFU n'auront rien à régler l'année suivante, tandis que ceux optant pour une imposition au barème pourront déduire l'acompte de leur impôt.

La dispense de versement d'acompte reste possible

Les personnes touchant moins de 25 000 euros d'intérêts (50 000 euros pour un couple) ou moins de 50 000 euros de dividendes (75 000 euros pour un couple) auront toujours la possibilité de demander une dispense de versement d'acompte. Cette demande devra, comme actuellement, être effectuée au plus tard le 30 novembre de l'année précédant celle du paiement des revenus.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant