Impôts locaux: l'auto-satisfecit à géométrie variable d'Anne Hidalgo

le
3

Dans un communiqué on ne peut plus officiel, la maire de Paris se félicite de ne pas avoir augmenté les impôts cette année. Elle fustige les villes de droite qui ont au contraire voté une hausse de la pression fiscale, mais oublie de stigmatiser les municipalités de gauche qui l'ont fait également.

On n'est jamais mieux servi que par soi-même! Ce mercredi matin à 11h30, soit quelques heures à peine après la publication de la manchette du Figaro sur l'augmentation de la pression fiscale décidée par la plupart des grandes municipalités ,le service de presse de la ville de Paris a expédié un communiqué d'autosatisfaction, intitulé «Fiscalité: Paris fait figure d'exception, aucune hausse d'impôts en 2015».

Les proches d'Anne Hidalgo n'y vont pas par 4 chemins pour se congratuler. «Conformément aux engagements d'Anne Hidalgo de ne pas augmenter les impôts pendant toute la durée de la mandature, et alors que de nombreuses collectivités -Bordeaux, Marseille, Toulouse- ont annoncé une hausse de leurs taux en 2015, l'Exécutif parisien a décidé de reconduire à l'identique les taux de la taxe d'habitation et de la taxe foncière», peut-on lire dans le communiqué. La choix de mettre en avant les villes de Bordeaux, Marseille et Toulouse, trois municipalités de droite, est évidemment un pur hasard qui ne doit rien à la politique politicienne. Et l'absence des villes de Lille, Lyon ou Strasbourg dans ce palmarès, qui ont également voté de fortes hausses de leur taxation locale, n'est qu'un pur oubli…

Et le service de presse de dérouler le tapis rouge à sa maire. «Les taux d'imposition à Paris restent ainsi les plus modérés des grandes villes de France, écrit-il. Avec un taux de taxe d'habitation cumulé (ville et département) fixé à 13,38%, Paris est plus de 10 points en dessous du taux moyen constaté en France (24,94%). L'écart est encore plus flagrant en ce qui concerne la taxe sur le foncier bâti: le taux cumulé est de 13,50% à Paris, contre en moyenne 29,30% sur l'ensemble des villes, soit une différence de près de 16 points. Cette faible pression fiscale se confirme sur le foncier non bâti, avec un taux de 16,67% à Paris, contre en moyenne 32,63% à l'échelle nationale.»

Rien à voir, donc, avec des villes dirigées par la droite… «A titre de comparaison, une famille parisienne avec deux enfants paiera cette année 464€ de taxe d'habitation et 640€ de taxe foncière, soit bien moins qu'à Marseille (1.234€ pour la taxe d'habitation et 950€ pour la taxe foncière avant la dernière hausse d'impôts) ou qu'à Bordeaux (1.166€ et 1.189€ -avant la dernière hausse d'impôts)», indique ainsi la ville de Paris. Quid pour une famille avec deux enfants qui habite à Lille ou à Lyon?

«Cette stabilité fiscale, dans un contexte économique très difficile pour les collectivités locales -baisse massive des dotations de l'État, hausse de la péréquation, augmentation des dépenses sociales obligatoires- est rendue possible par un important travail de modernisation de l'administration parisienne, permettant de dégager de nouvelles marges de manœuvre», poursuit la ville de Paris. Pas moins de 130 millions d'économies réalisées en 2015 «tout en renforçant la qualité du service public». N'en jetez plus, la coupe est pleine.

Pas un mot en revanche sur les 55 millions engrangés cette année grâce à la hausse de la taxe de séjour (acquittée par les touristes, internationaux ou pas, dans les hôtels de la capitale) et à la majoration de 20% de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires, deux mesures votées en 2014 par le Parlement et que la ville avait poussées. Pas un mot non plus sur la très forte hausse des tarifs de stationnement qui fera tomber, là aussi, 55 millions d'euros dans les caisses de la ville cette année…

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mercredi 15 avr 2015 à 02:20

    Malgré ce qu'avait dit ses adversaires avant son élection comme Maire et qu'elle a niée, elle a reconnue un déficit non financé de 400 millions d'euros ; diminution de certaines dotations, augmentation de certaines taxes et recours à l'emprunt pour couvrir les découverts (nos soc. et gauche sont friands de cela !), Il y a quelques années elle a demandée sa retraite de contrôleuse de la S.S. alors pourquoi continue t'elle à travailler !!!

  • faites_c le mardi 14 avr 2015 à 17:26

    130 millions d'économie largement compensé par les 110 millions de hausse lié à la taxe de séjour et au stationnement sans compter la majoration de taxe d'habitation qui n'a bien entendu pas été prise en compte pour considérer que les impôts locaux n'avaient pas augmenté!!! Finalement que les soc soient au gouvernement ou simplement à la tête d'une municipalité, on s'aperçoit qu'ils sont incapables de dire la vérité!

  • faites_c le mardi 14 avr 2015 à 17:23

    "Pas moins de 130 millions d'économies réalisées en 2015 «tout en renforçant la qualité du service public»" 130 millions d'économie sur un budget de 7500 millions! En effet c'est un très bel effort (on notera au passage que 130 millions ne représente qu'une économie de 1.5% ce qui est beaucoup moins flatteur que 130 millions)! Quant au renforcement de la qualité du service public, on pourrait peut-être demander leur avis aux utilisateurs?