Impôts : les conséquences de l'année blanche sur l'épargne retraite

le
0

Au titre de l'année fiscale blanche, les revenus de 2017 ne seront jamais imposés. Conséquence : les versements effectués cette année sur un PERP n'ouvriront droit à aucun avantage fiscal.

2017, année fiscale blanche

Avec l'entrée en vigueur du prélèvement à la source au 1er janvier 2018, l'année 2017 est considérée comme une « année blanche » du point de vue fiscal. En d'autres termes, les revenus perçus cette année ne seront jamais imposés, puisque les contribuables paieront en 2017 leur impôt sur leurs revenus de 2016, puis en 2018, leur impôt sur leurs revenus de 2018.

Un désavantage pour le PERP

Cette « année blanche » a cependant certaines conséquences néfastes, notamment concernant les PERP et contrats d'épargne retraite de type Madelin. Car si les cotisations sur ces produits peuvent être déduites du revenu imposable, les versements effectués en 2017 ne pourront donner lieu à aucun avantage fiscal. Une situation que dénoncent plusieurs acteurs du secteur, dont Jérôme Dedeyan, de la société Eres, et Philippe Crevel, du Cercle de l'épargne.

Aucun geste de l'État

Du côté de l'association Préfon, on craint une interruption des versements de la part des titulaires de PERP et de contrats d'épargne retraite en 2017. Pour le moment, le gouvernement n'envisage d'effectuer aucun geste en faveur des épargnants. Comme l'a précisé Christian Eckert : « Les contribuables qui décideront de ne rien verser cette année-là au motif que le versement ne sera pas déduit de leur revenu imposable perdront tout bonnement une année de cotisation ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant