Impôts : le prélèvement à la source entrera en vigueur en 2018, confirme Hollande

le , mis à jour à 18:11
18
Impôts : le prélèvement à la source entrera en vigueur en 2018, confirme Hollande
Impôts : le prélèvement à la source entrera en vigueur en 2018, confirme Hollande

Le calendrier se précise pour le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. Dans une interview à «Sud Ouest Dimanche», François Hollande confirme qu'il sera «engagé dès 2016 pour être pleinement appliqué en 2018». Il y a quelques jours, le ministre des Finances, Michel Sapin, avait déjà annoncé que le processus serait engagé l'année prochaine.

Faisant valoir qu'il s'agit d'une réforme «attendue par les Français et souhaitable pour l'État», le chef de l'État souligne que le prélèvement à la source ne doit «pas compliquer la vie des entreprises et encore moins solliciter le contribuable». Cette réforme «doit donc être bien menée pour être bien mise en œuvre, étape par étape, et ça ne peut pas se faire en moins de trois ans».

«Moins il y aura de déficit, moins il y aura d'impôts demain»

Sur le risque d'une année blanche où les contribuables payeraient l'impôt sur leurs revenus de l'année de mise en œuvre de la réforme et non sur l'année précédente, comme le veut la règle actuelle (ce qui créerait alors une sorte de vide d'impôts sur le revenu le temps d'une année), le président de la République assure qu'un projet est en cours «qui garantira que nul n'ait à perdre quoi que ce soit, ni les Français, ni l'État».

Concernant la fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG, une promesse de campagne, le président Hollande élude la question. «La priorité, c'est la baisse des impôts des Français», souligne-t-il, réaffirmant que «dès cette année, plus de 9 millions de ménages vont voir diminuer leur impôt sur le revenu».

Enfin, quant à une éventuelle baisse générale des prélèvements, François Hollande rappelle les difficultés budgétaires auxquelles la France fait face. «Les Français ont parfaitement compris que les déficits d'aujourd'hui peuvent être les impôts de demain. Moins il y aura de déficit, moins il y aura d'impôts demain», affirme-t-il. «Si nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cresus57 le lundi 15 juin 2015 à 10:26

    "une réforme «attendue par les Français" : NON et "souhaitable pour l'État»" NON PLUS ! Risque de fraudes.... rétention d'argent par les entreprises, comme avec la TVA

  • M4358281 le lundi 15 juin 2015 à 10:15

    pichou59 ..il faudrait que les chômeurs votent !

  • M4358281 le lundi 15 juin 2015 à 10:14

    c'était avant que la Grèce fasse défaut ...! hypothèse bien sûr

  • mfouche2 le lundi 15 juin 2015 à 09:18

    Les préoccupations d'un grand chef d'état, créer des lignes de bus inter cités, inaugurer le salon vinexpo, marier les homosexuels, mensualiser l'impôt, il y a du Churchill chez cet homme !

  • M1945416 le lundi 15 juin 2015 à 09:18

    de l'enfumage, les mois les années passent, ils touchent leurs salaires primes et autres avantages, puis retraite , tout va bien

  • dsta le lundi 15 juin 2015 à 09:13

    Personne ne lui demandait, rien...puisque de toute façon cela n'amène rien! ...Mais il faut bien qu'il s'occupe,... s'il n'y a rien à inaugurer: cherche bien Hollande, il doit bien y avoir une nouvelle salle de shoot, par ci, par là!

  • pichou59 le lundi 15 juin 2015 à 08:55

    le chômage aussi, sera à la source du dégagement d'hollande en 2017

  • ceriz le dimanche 14 juin 2015 à 23:28

    bourso : omerta?

  • ceriz le dimanche 14 juin 2015 à 23:24

    la description du réel na jamais été une diffamation.......... citer des faits réels non plus.

  • d.wilde le dimanche 14 juin 2015 à 22:14

    Il vont engager la réforme en 2016 avec un effet "positif" en 2017 pour l'année de transition et un rattrapage "négatif" en 2018... Elle est pas belle la vie ! Il faut les stopper d'urgence !