Impôts : deux ans de matraquage

le
15
Du gel du barême de l'impôt sur le revenu à la baisse du plafond du quotient familial, les classes moyennes n'ont pas cessé de voir leurs prélèvements obligatoires augmenter ces deux dernières années.

Une litanie sans fin. Le nouveau coup de rabot au quotient familial, décidé lundi par le gouvernement, vient s'ajouter à la longue série de hausses d'impôt votées ces deux dernières années. En 2012, puis en 2013, les ménages ont vu leur facture fiscale grimper de quelque 13 milliards d'euros!

Certaines mesures ont été particulièrement insidieuses. Ce fut le cas du gel du barème de l'impôt sur le revenu. Très technique, cette mesure était difficile à appréhender pour les Français lorsqu'elle a été annoncée, en novembre 2011, par le gouvernement Fillon. Pourtant, elle a eu un impact réel, puisqu'elle a entraîné une hausse moyenne de 2 % de leur impôt sur le revenu, payé neuf mois plus tard. Et contrairement aux promesses de campagne de François Hollande, la majorité socialiste n'est pas revenue sur ce gel (sauf pour les ménages les moins aisés). 16 millions de foyers fiscaux verront donc leur impôt augmenter à nouveau de 2 % en septembre 2013…

Deuxième baisse

Les classes moyennes supérieures subiront en outre les effets de la première baisse du plafond du quotient familial, votée à l'automne dernier. Le plafond a alors été ramené de 2 336 à 2 000 euros par demi-part. À l'époque, ce coup de rabot avait fait assez peu de bruit. Comme pour le gel du barème, la complexité de la mesure a permis, pendant un temps, de noyer le poisson. Et ce même si les seuils d'application n'étaient pas très élevés (un couple avec deux enfants gagnant plus de 6 433 euros par mois à deux était touché par le premier rabot).

D'une façon générale, ces dernières années ont été éprouvantes pour les Français aisés. Le gouvernement Fillon avait commencé à relever les prélèvements sur l'épargne, à augmenter les taxes sur les plus-values immobilières (la résidence principale restant exonérée), à raboter les niches, à créer une contribution sur les hauts revenus. Son successeur a amplifié le mouvement sur tous ces sujets, tout en augmentant nettement les droits de succession, en créant une tranche d'impôt sur le revenu à 45 % et en instaurant en 2012 une contribution exceptionnelle d'ISF. Cette surtaxe d'ISF a été si élevée qu'elle a conduit 8 010 ménages à voir leurs impôts dépasser 100 % de leurs revenus.

Aucun ménage épargné

Contrairement à ce qu'il prétend, le gouvernement Ayrault a aussi mis à contribution les Français les plus modestes. La refiscalisation des heures supplémentaires à partir d'août 2012 et leur soumission aux charges sociales à partir de septembre ont fortement pénalisé les ouvriers. À cela, il faut ajouter la hausse de la redevance télévision, de la fiscalité du tabac et des taxes sur la bière. Les retraités imposables ont, eux, subi une nouvelle taxe de 0,3 % sur leur pension et les travailleurs indépendants constaté une envolée de leurs prélèvements sociaux. Bref, aucun ménage n'a été épargné par le coup de massue fiscal. Et la hausse de la TVA, effective au 1er janvier 2014, sera elle aussi partagée par tous…

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le samedi 15 juin 2013 à 13:20

    Il n'y a qu'en faisant la grève de la consommation que les Français pourront influer sur ce matraquage abominable .

  • heimdal le samedi 15 juin 2013 à 13:18

    Le Figaro est tès lucide ... pour une fois .

  • M6762365 le mardi 4 juin 2013 à 15:07

    et pendant ce temps on augmente le nombre de ministres....

  • foort le mardi 4 juin 2013 à 13:37

    Moi Président de la République j'imposerai l'équitée fiscale. Il fallait lire " ben j'augmente les taxes car je ne sais pas comment faire autrement... " tant que ces deux incapables seront à la tête de notre pays il ne faudra pas s'attendre à des miraches. Vivement dans 4 ans qu'ils soient congédiées manu et militari

  • glaty le mardi 4 juin 2013 à 12:50

    On va se mobiliser aux prochaines élections présidentielles pour changer de président et du mème coup,toute l'équipe actuelle et dans le future remaniement qui ne saurait tarder !!

  • danquign le mardi 4 juin 2013 à 12:14

    C'est plutôt la fin des cadeaux financés par la dette pour les copains de Nabotléon

  • M1945416 le mardi 4 juin 2013 à 12:02

    faite le compte de ceux qui profitent du système, vous aurez les électeurs de FH ... voilà pourquoi il fait pas les réformes nécessaires, ce serai toucher à son électorat

  • guicphil le mardi 4 juin 2013 à 11:54

    Ah! Ah ! Je rigole pour toutes ces classes moyennes qui ont voté à 75% pour M. LE GENERAL TAPIOCA...

  • M140210 le mardi 4 juin 2013 à 11:35

    La machine à fabriquer les pauvres et favoriser l'évasion des riches est en place depuis 1 an.

  • puck le mardi 4 juin 2013 à 11:33

    Les classes moyennes ont voté socialiste et il est normal qu'elles payent la facture, les riches étant par nature à l'abri des vicissitudes de l'impôt !