Impôts : des milliers de courriels d'usagers... disparus !

le
0

« Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. » Le célèbre vers du « Lièvre et la Tortue », de Jean de La Fontaine, est toujours d'actualité. En témoigne l'incroyable imbroglio informatique auquel a fait face, il y a quelques semaines, la Direction générale des finances publiques (DGFIP). A l'époque, elle cherche à mettre en orbite « e-contact ». Pour reprendre le vocabulaire de la DGFIP, il s'agit d'une « messagerie sécurisée pour les usagers particuliers » qui « constitue la première étape » de sa « démarche volontariste d'amélioration de son dispositif d'accueil des usagers ». Bref, le départ de sa course à la modernisation. Patatras. En début d'année, selon les syndicats, la mise en place de ce logiciel s'est traduite par un énorme couac informatique.

Selon un tract commun de la CGT, Solidaires et FO-Finances publiques, quelque 32 000 courriels envoyés par des contribuables à l'administration ont tout simplement disparu. Plus aucune trace.

Une information que relativise la Direction générale des finances publiques. « Par définition, quand on reçoit et qu'on traite plus de 8 millions de courriels par an, 32 000, ce n'est rien du tout », dédramatise Bruno Parent, le directeur général des Finances publiques. Et d'ailleurs, le patron du fisc précise au « Parisien » qu'il « n'avalise pas » ce chiffre, qu'il le « récuse » même. Tout en admettant que « probablement quelques milliers de cas » posent problème. « C'est vrai que les contribuables n'ont pas trace de leur demande. Mais aucun message électronique n'a été perdu. Nous avons ces courriels », promet Bruno Parent. Simplement, selon ce dirigeant d'administration, lorsqu'il a fallu changer de logiciel, tout le « stock » de courriels n'a pas pu être transféré dans la nouvelle application. Et d'ajouter : « Nous les avons mis, en quelque sorte, de côté. Mais cela ne signifie pas que nous n'allons pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant