Impôts : déclarer ses revenus donne envie de quitter la France à 41% des contribuables

le
0

LE SCAN ÉCO/VIDÉO - En plein état d'urgence, une majorité de Français préfère voir ses impôts investis en priorité dans les politiques sociales, en particulier l'emploi. La sécurité arrive en quatrième position.

Les plus organisés l'ont peut-être déjà complétée, pour les autres pas de panique! Il vous reste encore une semaine pour remplir votre déclaration d'impôts.

Si certains grimacent déjà à l'idée que ces quelques feuillets vont bientôt leur coûter, la plupart voit positivement cette contribution à la société. En effet, ils sont près de sept sur dix (68%) à considérer accomplir leur devoir de citoyen en versant leurs impôts, selon un sondage Opinion Way pour Ooreka (Solocal group) publié ce mercredi.

»» À lire aussi: Simulez le calcul de votre impôt sur le revenu

Remplir ses devoirs de citoyens n'est en revanche pas chose agréable. Si le syndrôme Thomas Thévenoud de la phobie administrative ne touche qu'un Français sur dix, compléter sa déclaration se révèle être une source d'angoisse pour plus d'un tiers des contribuables (35%), voir même un «calvaire» (38%). L'effet est encore plus marquant chez les jeunes, où plus de la moitié (52%) des moins de 35 ans partage ce sentiment.

Cette anxiété est due, en partie, à la complexité de la démarche. Remplir sa déclaration peut s'avérer un vrai casse-tête, en particulier pour les néophytes. Près de deux Français sur cinq (39%) ne sont pas sûrs de la compléter correctement. Une fois encore, les jeunes sont les plus inquiets: 48% pensent ne pas être capable de faire l'exercice sans erreur. C'est pourquoi une proportion quasi-identique sollicite de l'aide. Le meilleur moyen de réussir sa copie demeure sans doute de s'y prendre à l'avance. Or, un tiers des Français résiste difficilement à la tentation de procrastiner et préfère attendre le dernier moment pour s'y mettre.

»» À lire aussi: Impôts: ce qu'il faut savoir pour bien remplir sa déclaration

Enfin, plus inquiétant, 18% des contribuables concèdent avoir déjà pensé à frauder, quand quatre Français sur dix (41%) avouent même que cet épisode annuel leur donne envie de quitter le pays pour s'installer à l'étranger. Le prélèvement à la source pourrait-il balayer ces angoisses printanières? Seul un peu plus d'un quart des Français (28%) s'y oppose, selon l'enquête.

À travers cette contribution, les Français espèrent avant tout participer à la politique sociale du pays. Un quart des contribuables souhaiteraient que leurs impôts soient investis en priorité pour résoudre les questions d'emploi (26%),. Viennent ensuite l'éducation (23%) et la santé (20%). Et en plein état d'urgence, la sécurité n'arrive cependant qu'en quatrième position, avec seulement 15% des Français citant ce poste de dépense comme une priorité. Les contribuables sont même plus nombreux à préférer le financement du développement durable à la défense nationale.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant