Impôts : de plus en plus de Français réclament des délais de paiement

le
3

Entre 2011 et 2013, les demandes gracieuses concernant l'impôt sur le revenu (IR) ont bondi de 22 %.

Les Français sont de plus en plus nombreux à avoir du mal à payer leurs impôts. «On s'attend à une nouvelle hausse des demandes gracieuses (l'annulation de tout ou partie de la somme) et de paiements étalés», pronostique déjà Vincent Drezet, secrétaire général du syndicat Solidaires Finances publiques, au vu de l'affluence dans les centres des impôts.

Le phénomène s'est accentué ces dernières années. Entre 2011 et 2013, les demandes gracieuses concernant l'impôt sur le revenu (IR) ont bondi de 22 %, pour dépasser les 215 000. Tous impôts confondus sur les ménages (IR, taxe d'habitation, redevance audiovisuelle, taxe foncière) et les entreprises, le fisc en a reçu 1,3 million l'an dernier.

Consignes de souplesse

Le gouvernement, qui craignait une révolte fiscale en cette rentrée, avait certes essayé de limiter les dégâts en annonçant avant l'été un geste fiscal destiné aux ménages modestes. D'un montant de 1,3 milliard, il concerne au final 4,2 millions de foyers en 2014, dont près de 2 millions sortent de l'impôt ou évitent d'y entrer. Mais ce geste n'est pas toujours suffisant, car certaines personnes sont à la fois victimes de la crise et de plusieurs mesures accumulées ces dernières années, notamment sur les retraités.

Officiellement, seuls les foyers subissant une baisse de leurs revenus de 30 % ou plus peuvent bénéficier d' un étalement du paiement de leur impôt jusqu'au 31 mars 2015. Il leur faut pour cela s'adresser à leur centre des impôts, en fournissant des bulletins de salaire. En cas de chute moins importante, un délai de deux ou trois mois peut-être accordé «après un examen personnalisé de votre situation» s'appuyant sur «des documents démontrant vos difficultés», explique Bercy.

L'administration fiscale a cependant demandé aux agents de se montrer souple du moment que l'argent finit par entrer dans les caisses, l'objectif étant d'éviter une nouvelle hausse des demandes gracieuses. Selon certains agents, il n'est pas rare que ceux qui n'obtiennent pas satisfaction s'emportent contre le gouvernement, en brandissant l'affaire Thévenoud, le ministre qui rechignait à payer ses impôts.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • salaf67 le vendredi 3 oct 2014 à 11:26

    Ils se pleignent toujours quand il faut payer les impôts mais ils possèdent le dernier nédes iPhone, une télé platte de 1.80m de diagonale, et un 4x4 allemend de moins de 3 ans.

  • supersum le vendredi 3 oct 2014 à 08:59

    Moi je vais passer de 5000 euros par an de CSG et taxes diverses à Zéro en 2016 pour gagner autant sinon plus, je ne vois pas tres bien ce qu'ils ont gagné à l'affaire

  • lsleleu le vendredi 3 oct 2014 à 01:59

    en 2015 les rentrées fiscales seront beaucoup plus faibles attendu que le pouvoir d'achat des Français aura encore baissé à cause des impôts (mensualisation ou tiers provisionnel oblige)