Impôts : ce que la gauche mijote

le
2
INFOGRAPHIE - Martine Aubry a prévenu : les hausses d'impôts que prépare le gouvernement seront «énormes». Épargne, patrimoines et hauts revenus devraient donc fournir l'essentiel de l'effort d'assainissement des finances publiques. Voici le détail de la facture.

Un vrai coup de massue. Si la gauche gagne les législatives, elle déclinera le programme fiscal défendu par François Hollande pendant la campagne présidentielle. Un programme qui prévoit pas moins de 11,8 milliards d'euros de hausses d'impôts pour les ménages! Pour redresser les comptes publics, le PS préfère utiliser d'abord l'arme fiscale. Les économies dans les dépenses ne sont pas absentes de sa feuille de route, mais elles sont modestes et peu précises. En cela, François Hollande ne se démarque pas de la politique traditionnelle de la gauche française. Le théorème est le suivant: les coupes dans les dépenses sont censées pénaliser davantage les Français les plus fragiles, tandis que les hausses de prélèvements, telles que calibrée s par le PS, pèseraient sur les plus aisés.

François Hollande fait passer la pilule des taxes supplémentaires en parlant de «réforme fiscale», au service de la justice. Pourtant, ailleurs en Europe, des dirigeants de gauch

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2898632 le vendredi 8 juin 2012 à 13:57

    Une NICHE à détruire en priorité pour des raisons de justice :les abattements somptueux pour frais professionnels( sans justificatif!) des JOURNALISTES !!! d' autres professions ont des frais et une exigence de présentation aussi grandes que ceux-ci sans avoir droit à ces largesses . C'est donc une injustice flagrante .Pourquoi n'en est-il pas question???

  • M4189758 le vendredi 8 juin 2012 à 13:31

    JPi - ... les hausses de prélèvements, telles que calibrées par le PS, pèseraient sur les plus aisés... Allez demander ça en Grèce, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Islande si ça ne touche pas les moins aisés. Trop de dépenses rendent les emprunts impossibles et la rigueur s'installe... pour longtemps et pour tous. A l'image de Mr Sarkozy: "Je lutte pour avoir moins de pauvres, vous lutter pour avoir moins de riches".