Impôts : Ayrault ne s'engage pas sur une éventuelle baisse en 2015

le
1
Impôts : Ayrault ne s'engage pas sur une éventuelle baisse en 2015
Impôts : Ayrault ne s'engage pas sur une éventuelle baisse en 2015

Alors que l'Elysée a annoncé mardi envisager une «première baisse d'impôts», un «petit geste pour les ménages» dès 2015, c'est-à-dire sur les revenus de 2014, Jean-Marc Ayrault reste prudent. Dans un entretien au Monde daté de samedi, le Premier ministre précise que cet objectif ne pourrait intervenir que si les économies sont bel et bien au rendez-vous. 

«Le gouvernement s'est engagé à baisser la dépense publique d'au moins 50 milliards d'euros d'ici à 2017, ce qui est un effort considérable», souligne-t-il. «Si nous parvenons à faire davantage et si le contexte économique le permet, nous pourrons baisser les impôts plus vite», ajoute-t-il, sans s'engager davantage. 

Mercredi, les ministres de l'Economie et du Budget, eux aussi, ont appuyé sur la pédale de frein. «Si nous pouvons le faire nous le ferons» avait sobrement répondu Bernard Cazeneuve. Pierre Moscovici avait lui expliqué que les baisses dès 2015 ne pourraient se faire que si le contexte est favorable.

Concernant les entreprises, François Hollande a déjà annoncé une baisse des prélèvements, en contrepartie d'embauches. «Outre la suppression des cotisations familiales, nous devons nous attaquer à la multiplication des petites taxes qui, additionnées, finissent par peser lourd», explique Jean-Marc Ayrault. Selon lui, «l'autre chantier est de rapprocher la fiscalité des entreprises de celle de nos voisins allemands à l'horizon 2020». Le chef du gouvernement, qui reçoit lundi les partenaires sociaux sur le pacte de responsabilité, répète qu'il sera vigilant quant aux «contreparties» demandées aux entreprises.

«Les villes gérées par la gauche ont un très bon bilan»

A deux mois du premier tour des élections municipales, alors que Jean-François Copé, président de l'UMP, appelle à «sanctionner la gauche», Jean-Marc Ayrault affiche par ailleurs une certaine serénité. «Le gouvernement va continuer à agir et à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4426670 le vendredi 24 jan 2014 à 14:35

    Il ne sait pas ce que c'est "un engagement"!!! sauf à le demander au MEDEF de faire le boulot à sa place!!!!