Impôt sur le revenu - Prélèvement à la source : ce qui va changer pour les contribuables

le
9

A écouter Michel Sapin ministre des Finances et Christian Eckert, secrétaire d'Etat au Budget parler du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, on se croirait au pays des Bisounours. Avec ce nouveau mode de paiement de l'impôt sur le revenu, le contribuable va enfin connaître "l'idéal fiscal".

Selon Michel Sapin le prélèvement à la source qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018 pour les revenus de 2018 permet de mettre en oeuvre "un impôt moderne qui s'adapte en temps réel à la situation du contribuable". L'impôt sera synchronisé aux revenus, s'adaptant au parcours professionnel et personnel du contribuable.

Aujourd'hui, il est vrai, tout changement peut créer de sérieux problèmes. Un salarié licencié en 2016 doit par exemple payer l'impôt sur ses revenus de 2015 alors que ses ressources ont baissé. De même pour un jeune retraité qui n'a plus les mêmes sommes à disposition.

En 2016, le contribuable paiera l'impôt sur ses revenus de 2015, en 2017 sur ceux de 2016 et en 2018 sur ceux de 2018.

Pratiquement tous les revenus seront soumis à ce régime de retenue à la source. Et selon Bercy, 90 % des contribuables auront un taux de prélèvement compris entre 0 et 10 %.

Pour les salaires, c'est l'employeur qui versera chaque mois l'impôt au Trésor et son montant figurera sur les fiches de paie. Le fisc ne communiquera aucune information sur les revenus du foyer, sur sa composition mais un simple taux de prélèvement que devront appliquer les services comptables de l'entreprise.

Cette dernière n'aura ainsi pas de connaissance précise de la situation patrimoniale et financière de ses employés. Ce qui est une très bonne chose compte tenu du fait que l'employeur pourrait toujours être tenté de refuser toute augmentation à ceux qu'elle estime privilégiés.

Il en sera de même pour les caisses de retraite même si on peut se demander sérieusement comment ces dernières pourront gérer un te...

lire la suite sur votreargent.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a 12 mois

    Si 2017 cadeau, ce sera l'année où faire des heures sup, négocier une rupture conventionnelle avec grosse indemnité ,... mais non, pas possible que l'état-vampire laisse échapper ça. Alors, comme d'hab, ça va encore être une grosse usine à gaz.

  • jayce003 il y a 12 mois

    Réforme bidon. Ce gouvernement est un cauchemar.

  • oisif il y a 12 mois

    Le probléme c'est que certaines sources sont dures à trouver

  • akelacca il y a 12 mois

    ils ont annoncé des contrôles sur les variations de revenus importantes entre 2016, 2017 et 2018. Mais bon ça risque d’être très compliqué a mettre en place.

  • queb63 il y a 12 mois

    y en a qui vont se gaver en 2017

  • aiki41 il y a 12 mois

    @sengenes : il y a quelques mois le gouvernement avait indiqué qu'il n'y aura pas d'année blanche et que les impôts de 2017 seront à devoir et étalés sur plusieurs années.

  • sengenes il y a 12 mois

    En 2016, le contribuable paiera l'impôt sur ses revenus de 2015, en 2017 sur ceux de 2016 et en 2018 sur ceux de 2018. heu, et les revenus de 2017....cadeau?

  • phch il y a 12 mois

    gros sac de nœuds à venir !!

  • faites_c il y a 12 mois

    Ce qui va principalement changer c'est que le salarié saura que l'état lui prend en prélèvements obligatoires de toutes sortes plus de 50% du revenu de son travail sans compter les charges payées par son employeur! De cette manière les salariés comprendront peut-être pourquoi le patronat demande à ce que les charges sur les salaires baissent!!!