Importante saisie de kalachnikovs à Marseille

le
1
SAISIE UNE DIZAINE DE KALACHNIKOVS À MARSEILLE
SAISIE UNE DIZAINE DE KALACHNIKOVS À MARSEILLE

MARSEILLE (Reuters) - Les policiers ont saisi une dizaine de kalachnikovs à Marseille dans le coffre d'un véhicule immobilisé aux abords d'une cité sensible des quartiers Nord de la ville, a-t-on appris lundi de source proche de l'enquête.

Les mouvements suspects de la grosse cylindrée de marque allemande avaient attiré depuis plusieurs jours l'attention des enquêteurs qui ont décidé d'intervenir dimanche.

Le conducteur de la voiture a refusé d'obtempérer à un contrôle de la brigade anti-criminalité (Bac), percutant les voitures de police avant prendre la fuite à pied.

Dans le coffre du véhicule, les policiers ont saisi dix kalachnikovs parfaitement conditionnées pour la vente avec dix chargeurs garnis et autant de chargeurs vides.

Les enquêteurs vont maintenant essayer de "faire parler" les armes pour identifier les fournisseurs et les commanditaires du stock saisi.

Le syndicat Alliance se félicite de ce qu'il qualifie dans un communiqué comme "l'une des plus grandes saisies en France" d'armes de guerre.

La saisie d'armes a été l'une des priorités fixées par le préfet de police Alain Gardère depuis sa prise de fonctions au mois d'août dernier.

Un policier de 37 ans a été mortellement atteint, fin novembre à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), par une rafale de kalachnikov lors d'un échange de coups de feu avec les membres d'un gang spécialisé dans le pillage d'entrepôts.

Cette fusillade a suscité une vive émotion parmi les policiers, choqués par l'utilisation d'armes de guerre pour un simple vol de produits surgelés.

L'utilisation d'armes de type kalachnikov a aussi été régulièrement mis en exergue lors des nombreux règlements de comptes qui ont eu pour cadre la région marseillaise l'année dernière.

"On ne peut pas dire que ce soit général, mais nous constatons l'utilisation d'armes automatiques puissantes comme les kalachnikovs", a affirmé le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, lors de son dernier déplacement dans la ville, fin 2011.

Une vingtaine de règlements de comptes ont été recensés en 2011 dans les Bouches-du-Rhône. Ils ont fait 16 morts et 13 blessés.

Jean-François Rosnoblet, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chatnour le lundi 30 jan 2012 à 19:07

    Encore et toujours Marseille !!! Marre de Marseille, la vérole de la France avec ses élus verreux, ses dockers CGT du même acabit, ses éboueurs qui travailent à plein salaire 2 ou 3 heures par jour, etc...etc...