Important incendie à l'hôtel Lambert à Paris

le
2
IMPORTANT INCENDIE À L'HÔTEL LAMBERT À PARIS
IMPORTANT INCENDIE À L'HÔTEL LAMBERT À PARIS

PARIS (Reuters) - Un important incendie a dévasté dans la nuit de mardi à mercredi l'hôtel Lambert, un chef-d'oeuvre architectural situé sur l'île Saint-Louis à Paris et racheté en 2007 par le frère de l'ex-émir du Qatar, qui apportait les dernières touches à sa rénovation.

Le feu, qui n'a fait aucune victime, a été circonscrit vers 07h30 par les pompiers de Paris qui ont lutté pendant plusieurs heures contre les flammes qui ont ravagé l'hôtel particulier dessiné par l'architecte Louis Le Vau au XVIIe siècle.

"Le feu s'est déclaré vers 01h30 au niveau de la toiture pour des raisons encore inconnues et s'est ensuite propagé rapidement", a dit à Reuters le lieutenant colonel Pascal Le Testu, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris.

Les flammes ont fragilisé la structure de l'hôtel, entraînant l'effondrement partiel d'un escalier et d'un fronton au niveau de la partie centrale, a-t-il ajouté.

"Il y a dans cet hôtel un certain nombre d'oeuvres d'art et également des peintures au plafond", a-t-il dit en précisant que les pompiers avaient essayé de les préserver mais que certaines oeuvres avaient subi des dégâts en raison des flammes, de l'eau, des fumées ou du "rayonnement thermique".

Des spécialistes du patrimoine sont arrivés sur place pour faire un premier bilan et la police judiciaire a ouvert une enquête pour déterminer l'origine du sinistre, qui n'avait toujours pas été identifiée mercredi après-midi.

"UNE ÉPREUVE", DIT DELANOË

La superbe galerie peinte par Charles Le Brun, l'un des auteurs de la galerie des Glaces qui sera construite plus tard au château de Versailles, a subi d'importants dommages.

"La galerie a été sérieusement touchée par la fumée et l'eau utilisée pour éteindre l'incendie", a indiqué le lieutenant colonel Pascal Le Testu.

La ministre de la Culture, Aurélie Fillippetti, a confirmé ces dégâts qu'il sera difficile de réparer.

"La perte la plus importante est le cabinet des Bains peint par Lesueur, due à un effondrement", a-t-elle dit sur place.

Elle a ajouté que les propriétaires, qui ont investi 47 millions d'euros pour rénover l'hôtel, avait fait savoir au gouvernement qu'ils mettraient tout en oeuvre "pour permettre à l'hôtel de retrouver sa splendeur et son faste, même si certaines pertes ne seront jamais remplacées".

Pour le maire de Paris, Bertrand Delanoë, "c'est une épreuve sur le plan du patrimoine, c'est un hôtel particulier absolument exceptionnel".

Les travaux menés par la famille de l'émir du Qatar pour rénover l'édifice étaient sur le point de s'achever quand les flammes sont venues détruire une partie de l'hôtel.

Cette rénovation en profondeur a fait l'objet d'une longue joute judiciaire entre le propriétaire et les amoureux du patrimoine, dont l'association Paris historique, qui s'est soldée en 2010 par un accord à l'amiable entre les parties.

UN LIEU "SACRÉ"

Le projet prévoyait un retour de l'hôtel dans sa forme initiale du XVIIe siècle tout en le modernisant.

La construction de garages en sous-sol, sous la cour de l'hôtel, d'un ascenseur et de salles de bains était prévue, au grand dam des détracteurs du projet qui craignaient une fragilisation de la structure de l'hôtel et sa dénaturation.

Même la Pologne s'était émue, l'hôtel ayant appartenu pendant 150 ans à la famille princière polonaise Czartoryski, qui l'a vendu aux Français Rothschild en 1975. Les Rothschild et le baron Alexis de Rédé y donnèrent des fêtes mémorables.

L'actrice Michèle Morgan, qui fut pendant vingt ans, jusqu'en 1976, une des locataires de l'hôtel, alors partagé en appartements, avait elle aussi milité contre le projet.

Lors d'une audience au tribunal administratif de Paris en septembre 2009, Jean-Pierre Babelon, membre de l'Institut de France, avait dit son émotion devant les risques.

"L'hôtel Lambert est un lieu sacré du paysage parisien. C'est une architecture extraordinaire, d'une inventivité fabuleuse", avait-il déclaré.

Les Parisiens connaissent bien l'hôtel pourvu d'un jardin terminé par un balcon en demi-lune situé au bout de l'île Saint-Louis, dominant la Seine et le pont Henri-IV.

Le site a été acheté en 2007 par le frère de Cheikh Hamad bin Khalifa al Thani, émir du Qatar à l'époque qui vient d'abdiquer en juin en faveur de son fils, pour un prix estimé par les médias français entre 60 et 80 millions d'euros.

Marine Pennetier, avec Elizabeth Pineau et Pauline Mevel, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lukefr le mercredi 10 juil 2013 à 11:45

    il ne faut peut etre pas accuser les "émirs" comme vous le faites. Sans être un expert, il me semble que les chantiers de réfection sont souvent des moments où les risques sont accrus. Attendons les résultats de l'enquête, en espérant que les dégats ne soient pas trop grands.

  • sardes le mercredi 10 juil 2013 à 10:01

    Et Voilà! Des gens incapables ces émirs! Aucun respect de notre patrimoine! Et les travaux ne cessent de se prolonger! Quelle date prévue pour un nouvel incendie? Le Maire deParis devrait bouger!! et imposer certaines règles non?