Implants PIP : le taux de rupture sous-estimé

le
0
Une étude britannique a mis en évidence un taux de rupture de ces prothèses non-conformes de 15 à 33%, alors qu'on l'estimait à 5%.

Les ruptures sur les implants mammaires PIP au gel de silicone «frelaté» pourraient être plus nombreuses que prévu, d'après une étude britannique publiée mardi et conduite auprès de 500 femmes porteuses de cette prothèse en Grande-Bretagne.

Le gouvernement français avait recommandé en décembre 2011 aux quelque 30.000 femmes porteuses de ces prothèses en France de se les faire enlever en raison du risque de rupture élevé et du pouvoir «irritant» du gel de silicone utilisé illégalement pour les fabriquer. Les autorités britanniques n'avaient pas recommandé le retrait général des implants PIP aux 47.000 femmes porteuses au Royaume-Uni.

Technique de repérage plus fiable

Une étude conduite par deux chirurgiens plasticiens britanniques sur 453 patientes montre un taux de rupture situé entre 15,9% et 33,8% pour des prothèses mammaires PIP vieilles de sept à douze ans. «Selon de précédentes études, les taux de rupture rapportés étaient de 2% à 5%, d'après des...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant