Implants : «PIP a proposé de l'argent à certaines femmes mécontentes»

le
0
D'après l'avocat de plaignantes, le fabricant d'implants mammaires aurait tenté de négocier avec des patientes mécontentes pour éviter la remontée d'informations aux autorités françaises. En 2000, une agence américaine avait alerté sur un autre type d'implant de PIP.

o PIP serait rentré en contact avec des porteuses dès 2007

D'après l'avocat de quelque 1300 plaignantes, Poly Implant Prothèses (PIP) était au courant dès 2007 des problèmes provoqués par des fuites de gel de silicone de ses implants et a voulu acheter le silence des porteuses. «PIP aurait proposé 1500 euros et une paire de prothèses à des femmes non satisfaites. L'information ne remontait ainsi pas aux cliniques et à l'Afssaps (Autorité française de sécurité sanitaire des produits de santé)», a expliqué Philippe Courtois dans une interview à l'agence Reuters. PIP aurait contacté des clientes aussi bien en France qu'en Grande-Bretagne. Me Courtois souhaite que Jean-Claude Mas, le fondateur de PIP, soit placé sous contrôle judiciaire pour éviter toute fuite avant son procès. L'avocat du président de PIP, Me Yves Haddad, assure que son client, qui se remet d'une lourde opération, réside toujours dans le Var.

Plus de 2170 femmes ont déjà porté plainte e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant