Implants mammaires : ouverture d'une information judiciaire

le
0
Le parquet de Marseille va ouvrir une information judiciaire pour blessures et homicide involontaire après la mort d'une femme ayant porté des prothèses dangereuses.

Trois jours après le premier décès potentiellement dû au port d'implants mammaires défectueux, une information judiciaire va être ouverte pour «blessures et homicide involontaire», a-t-on appris vendredi. Le parquet de Marseille a annoncé avoir reçu plus de 2000 plaintes de porteuses de prothèses Poly Implant Prothèse (PIP).

Ces implants ont fait l'objet d'un retrait du marché courant 2010 par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). L'autorité du médicament avait alors constaté un taux de rupture prématuré de ces implants deux fois supérieur à la norme qui veut que les implants mamaires ont une durée de vie moyenne de 10 ans.

Suite à cette décision des autorités médicales, une enquête avait été ouverte par le pôle santé du parquet de Marseille en mars 2010. Les enquêteurs avaient découvert que le silicone utilisé par la société PIP n'était pas à usage médical mais industriel et que les incidents étaient dues üintertitre/>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant