Impasse diplomatique sur le nucléaire iranien

le
0
Aucun progrès n'a été enregistré par le conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique.

Dans le dossier iranien, la guerre et la diplomatie sont les deux faces d'une même pièce. Officiellement, les négociations avec l'Iran ne sont pas mortes. À l'issue d'une réunion du conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), les grandes puissances ont demandé jeudi à Téhéran «de s'engager, sans conditions préalables, dans un processus de dialogue sérieux » afin qu'une date puisse être fixée pour reprendre les discussions sur le programme nucléaire. Le groupe des 5 + 1 (États-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne) exige notamment que les inspecteurs de l'ONU puissent enfin se rendre dans la base militaire de Parchin, où l'AIEA pense savoir que des tests d'explosion nucléaire ont eu lieu.

Officieusement, il n'y a pourtant plus grand monde dans les chancelleries occidentales pour parier sur une sortie diplomatique rapide de la crise. Toutes les tentatives précédentes ont été mises en échec par l'intransige

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant