Immobilier : Valls dévoile des mesures de relance et revient sur une mesure phare de la loi Duflot

le
6
Rido/shutterstock.com
Rido/shutterstock.com

(AFP) - Le Premier ministre Manuel Valls a dévoilé vendredi une batterie de mesures choc visant à relancer la construction immobilière, qui comprend une série de carottes fiscales en direction des investisseurs et revient sur l'encadrement des loyers cher à Cécile Duflot.

Afin de relancer les mises en chantier de logements, les terrains à bâtir cédés d'ici fin 2015 bénéficieront d'un "abattement fiscal exceptionnel" de 30% sur les plus-values, a annoncé le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse à Matignon.

Cette disposition, qui concerne l'impôt sur le revenu comme les prélèvements sociaux, s'appliquera aux cessions pour lesquelles une promesse de vente aura été "conclue avant le 31 décembre 2015", a-t-il précisé.

En vue de relancer l'investissement locatif, les acheteurs d'un logement neuf dans le cadre du dispositif fiscal dit "Duflot" pourront le louer à "un ascendant ou à un descendant", "sous certaines conditions".

Ils auront aussi le choix de s'engager à louer pour six, neuf ou douze ans, au lieu de neuf ans uniquement aujourd'hui.

M. Valls a précisé au passage que le dispositif, du nom de l'ancienne ministre écologiste du Logement Cécile Duflot avec laquelle il entretenait des relations orageuses, serait rebaptisé "Pinel", en référence à l'actuelle titulaire du portefeuille, Sylvia Pinel.

La remise en cause de la politique de Mme Duflot va plus loin avec le quasi abandon de l'une des mesures emblématiques de la loi Alur (ndlr, pour l'Accès au logement et un urbanisme rénové) portée par la responsable verte, partie du gouvernement lors du remaniement du printemps: l'encadrement des loyers sera "limité à Paris" et réalisé "à titre expérimental", a indiqué Manuel Valls.

"Nous avons assez de recul pour juger des difficultés de sa mise en oeuvre", a déclaré le Premier ministre, affirmant que "les conditions techniques ne seront pas réunies avant des mois, voire des années" pour une application à plus grande échelle.

L'encadrement des loyers était également une promesse de campagne du candidat François Hollande avant son accession à l'Elysée.

La construction immobilière est en plein marasme dans l'Hexagone: à fin juillet, les mises en chantier de logements neufs sont tombées aux alentours de 300.000 sur les douze derniers mois, bien en-deçà de l'objectif gouvernemental d'un demi-million par an.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le lundi 1 sept 2014 à 09:50

    ne pas oublier que ce son nos politiques qui ont voté la loi duflot ... pas un seul qui l'a remis en cause, alors que les pro disait que ça allait tout casser ...

  • c.voyant le dimanche 31 aout 2014 à 17:01

    Quand nous regardons les courbes de Friggit les loyers sont stables en France depuis 40 ans, Duflot donne des coup de poing dans le vide.Et Valls la rejoint.

  • Phillrug le samedi 30 aout 2014 à 10:54

    Un retour à la raison certes, mais bien insuffisant... Tant qu'on aura pas revu la fiscalité du capital dans ce pays, les investisseurs seront frileux que ce soit dans l'immobilier ou ailleurs...

  • Odysseo le samedi 30 aout 2014 à 01:56

    Merci Manuel Valls!!! Mille fois merci ! Bravo!!!Et ... Cia la mégalo-écolo-Duflot! Celle dont l'incompétence est aussi vaste que le désastre qu'elle a causé dans le secteur et les activités dérivées en moins de temps qu'il ne faut pour le dire! La seule chose qu'elle a réussi, mettre des artisans, des entreprises et des salariés au chômage ou en cessation d'activités!

  • GFT505x le vendredi 29 aout 2014 à 23:52

    J'avais des clients, rien que le nom de Duflot les faisait vomir. Un gros mot en somme. Elle a fait mumuse avec le bâtiment, elle a tout cassé et elle s'est barrée!Sa place est en tôle!

  • pelochon le vendredi 29 aout 2014 à 21:45

    PTDR les mauvais payeurs ne sont toujours pas punis... avec un rendement net qui ne dépasse pas les 2.5% par an, inutile de se faire ch... à investir pour loger des gens qui cessent de payer au bout de 2 ou 3 mois, qui dégradent et qui pompent les aides sociales... personne n'y gagne, et celui qui prend les risques perd le plus