Immobilier : Strasbourg, grande ville la moins chère de France

le
0

Selon une étude du comparateur de taux immobiliers meilleurtaux, Strasbourg, Marseille et Toulouse sont les grandes villes de France les plus accessibles pour un achat immobilier.

Mieux vaut chercher à acquérir un bien immobilier à Strasbourg qu'à Paris. Le comparateur de taux immmobiliers meilleurtaux vient de publier une étude comparant le pouvoir d'achat des ménages dans dix grandes villes de France. Verdict: Strasbourg est la métropole française la plus accessible, compte tenu des taux immobiliers qui y sont pratiqués et des prix du marché. En remboursant 1000 euros par mois, il y est possible d'emprunter 186.990 euros à un taux immobilier constaté de 2,60% sur 20 ans, ce qui permet d'y acquérir 83 m².

Dans le classement du comparateur, la ville alsacienne se situe juste devant Marseille, où il est possible d'acheter 78 m² dans les mêmes conditions, Toulouse (77 m²), Nantes (72 m²) et Montpellier (68 m²). A l'opposé, Paris (22 m²), Nice (49m²), Lyon (52m²), Lille (61m²) et Bordeaux (64m²) sont les villes où il est le plus difficile de faire un achat immobilier.

Gain de pouvoir d'achat

Ces différences de pouvoir d'achat s'expliquent essentiellement par les variations locales des prix de l'immobilier, qui oscillent de 2258 euros le m2 à Strasbourg à 8550 euros en moyenne à Paris. Les taux immobiliers consentis par les banques ne sont en outre pas identiques d'une ville à l'autre. Ainsi sur 20 ans, un taux bien négocié peut varier de 2,5% à Bordeaux ou à Toulouse, à 2,65% dans la majorité des autres villes étudiées, y compris les plus chères au m², Paris et Nice. Le meilleur taux sur 20 ans - 2,40% - a par ailleurs été constaté à Nantes.

La baisse des taux immobiliers contribue à redonner du pouvoir d'achat aux ménages. Meilleurtaux constate «des taux de plus en plus bas sur toutes les durées», y compris 25 ans, une durée «qui fait à nouveau aujourd'hui partie intégrale du panel des offres». Les taux immobiliers ont en effet atteint des niveaux historiquement bas. En un mois seulement, de juin à juillet, les Bordelais ont pu se payer 2m² de plus, avec la même mensualité. C'est un peu plus qu'à Strasbourg, Toulouse et Marseille (un m² de plus). Mais la tendance ne date pas d'hier: depuis janvier, les Nantais ont ainsi gagné 5 m² pour un remboursement similaire.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant