Immobilier : recherche emprunteurs désespérément

le
7
Dean Mitchell/shutterstock.com
Dean Mitchell/shutterstock.com

(Relaxnews) - Alors que les banques sont à la conquête de nouveaux clients et que les taux n'ont jamais été aussi bas, la production de nouveaux prêts à l'habitat recule. Un marché en léger repli, à cause d'emprunteurs attentistes, selon Meilleurtaux.com, qui dévoile jeudi 15 novembre son seizième Observatoire du crédit immobilier.

"Sur un an, grâce à la chute des taux fixes, la mensualité pour un crédit de 200.000? a diminué de 70?, entraînant une baisse du coût total de 17%. Le recul des taux créé ainsi un effet d'aubaine et permet à certains d'emprunter de nouveau", commente Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com.

D'après le seizième Observatoire du Crédit immobilier que ce courtier en ligne vient de publier, depuis le début de l'année les taux fixes de crédit ont chuté en moyenne de 0,70 point. Notamment grâce à une politique offensive menée par des banques, à la chasse aux nouveaux clients dans un contexte de baisse de la demande. Il est par exemple possible d'emprunter sur vingt ans à 3,58% en novembre contre 4,25% en un plus tôt.

Pourtant, le nombre de demandes en crédit immobilier pèche. D'après la Banque de France, la production de nouveaux prêts à l'habitat demeure sensiblement plus faible qu'en 2011. "Et c'est là tout le paradoxe, l'attentisme demeure", constate Hervé Hatt.

Au premier trimestre 2012, les demandes de prêt avec un compromis de vente déjà signé reculent de 18% sur un an. Pour autant, depuis le troisième trimestre, le maintien de la baisse des taux a fait frémir les candidats à l'emprunt, qui reviennent. Et ces niveaux attractifs ont surtout dopé les demande de renégociation : + 300% au troisième trimestre sur un an.

Autre fait constaté dans le cadre de cet Observatoire du crédit immobilier : les particuliers deviennent prudents et cherchent à emprunter avec plus d'apport. Ils escomptent aussi décrocher le Graal en se positionnant sur des durées plus courtes, qui permettent de bénéficier des conditions avantageuses proposées par les banques. Hervé Hatt tient à préciser : "nous n'observons pas de réel durcissement des critères d'octroi. Contrairement aux idées reçues, les exigences des banques sont restées assez stables".

Conséquence : 2012 se termine mieux qu'elle n'a commencé, et en 2013, les conditions de financement devraient rester avantageuses.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le mercredi 21 nov 2012 à 09:49

    ils peuvent baisser les taux autant qu'ils veulent , les acquéreurs ont enfin compris que les prix de l'immobilier étaient trés largement surévalués et ils ne sont plus disposés à payer les prix demandés autant dans l'ancien que dans le neuf . La fête est finie

  • M6982243 le vendredi 16 nov 2012 à 12:03

    Ils escomptent aussi décrocher le Graal: woua ha ha, j'ai les larmes aux yeux, bonne quête...

  • M7459914 le vendredi 16 nov 2012 à 09:38

    des taux trop bas signifient peut etre un immobilier trop cher

  • topPV125 le vendredi 16 nov 2012 à 09:28

    Plus les taux sont bas, moins les banques se pressent pour monter les dossiers, c'est du vécu..

  • ccondem1 le vendredi 16 nov 2012 à 08:26

    L'effet d'aubaine, c'est de laisser les autres emprunter à taux cassés pour acheter deux fois trop cher !

  • marcsim5 le vendredi 16 nov 2012 à 08:12

    Que l'endettement privée recule est une bonne chose, malheureusement ce n'est pas encore le cas.

  • dpess le jeudi 15 nov 2012 à 20:27

    Peut-etre les gens concernés ont-ils peur d'emprunter en euros et de devoir rembourser en francs ?