Immobilier : qui sont les vendeurs en région parisienne ?

le
0

Le profil des vendeurs a sensiblement évolué en dix. Désormais plus de 60% des vendeurs sont cadres ou retraités. On note d’importantes différences entre Paris et sa proche banlieue et le reste de la région parisienne.

Le marché immobilier en Ile-de-France est à nouveau très dynamique. Les volumes de transactions constatés fin mai étaient très proches de ceux de la période faste de 1999 à 2007, avant la crise, selon les notaires. Ce qui commence à avoir des effets sur les prix, en particulier à Paris. En septembre, le prix moyen au m2 dans la capitale devrait atteindre 8240 euros, estiment les notaires en se basant sur les avant-contrats signés ces derniers temps. Ce qui représentera une hausse des prix de 2,8% sur un an. Ailleurs dans la région parisienne, l’augmentation des prix sera de 1,4% sur un an. Cette nouvelle donne incite les particuliers, qui attendaient des jours meilleurs, à vendre leur bien.

En région parisienne, la plus riche de France, un tiers de ceux qui ont cédé un appartement en 2015 étaient cadres ou dirigeant d’entreprises, soulignent les notaires d’Ile-de-France, qui se sont penchés sur le profil sociologique des vendeurs. Leur nombre a augmenté de 8% entre 2005 et 2015! Les retraités (dont on ne connaît plus la profession) ont eux été les plus nombreux à céder une maison, pour emménager dans un logement plus petit ou partir au soleil. L’an dernier, ils représentaient 37% du marché, soit de 6% de plus qu’en 2005.

Sans surprise, les vendeurs sont surtout cadres à Paris: l’an dernier ils représentaient 44% du marché! En dix ans, «la présence des cadres s’est renforcée au détriment des professions intermédiaires (-6%) et des employés et ouvriers (-4%)», notent les notaires. En cause, bien sûr la forte augmentation des prix. Au cours de la décennie écoulée, la part des retraités a également progressé, mais dans une moindre mesure. L’an dernier, ces derniers représentaient 30% des vendeurs. «Dans la capitale, trois logements sur quatre sont venus par un cadre ou un retraité», pointent l’étude des notaires d’Ile-de-France. À noter qu’environ un tiers seulement des parisiens sont propriétaires de leur résidence principale.

En Petite couronne 40% des vendeurs de maison sont retraités

Hausse des prix oblige, en Petite couronne, le profil des vendeurs d’appartement est désormais comparable à celui des parisiens: 34% d’entre eux sont cadres, alors qu’ils n’étaient que 26% en 2005. La part des ouvriers s’est-elle sensiblement réduite passant de 21% en 2005 à 13% en 2015.

Les vendeurs de maisons sont eux de plus en plus âgés. Un sur deux a 60 ans et plus. Et 40% d’entre eux sont retraités!

Un marché plus équilibré en Grande couronne

En Grande couronne, où les prix sont plus sages, «le marché des appartements est beaucoup plus équilibré», constatent les notaires. Certes là aussi en dix ans, la part des cadres (25% contre 22% en 2005) et des retraités (25% contre 20%) a progressé. Mais, les professions intermédiaires restent les plus représentées parmi les vendeurs (26% contre 29% en 2005). Et les ouvriers sont bien plus nombreux qu’ailleurs (21% contre 25% en 2005).

En revanche, comme dans le reste de la région parisienne, les retraités restent les plus nombreux à vendre leur maison (36%, en hausse de 7% en 10 ans). Ils arrivent loin devant les cadres (24% en hausse de 2%) et les professions intermédiaires (19%) et les ouvriers (17%) dont la part diminue.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant