Immobilier : poursuite de la baisse à Paris au mois de juin

le , mis à jour à 15:12
6

A Paris, les prix de l'immobilier poursuivent leur lente tendance baissière. La situation est plus complexe en province.
A Paris, les prix de l'immobilier poursuivent leur lente tendance baissière. La situation est plus complexe en province.

Les prix de l’immobilier parisien ont continué leur lente décrue au cours du mois de juin, baissant de 0,2% en 30 jours d’après le dernier baromètre de MeilleursAgents. Depuis le début de l’année, les prix à Paris ont baissé de 1,2%, et de 3,5% sur les 12 derniers mois selon la même source.

Au mois de juin, les prix n’ont pas seulement baissé à Paris (-0,2% en moyenne), mais dans l’ensemble de l’Île-de-France d’après MeilleursAgents. Cette baisse s’échelonne d’un petit -0,1% dans les Hauts-de-Seine (92) à un plus significatif -0,6% en Seine-et-Marne (77). Sur 12 mois, la baisse des prix dans tous les départements d’Île-de-France se situe autour de -3%.

« En ce début d’été, le marché immobilier à Paris, en Île-de-France et dans les grandes villes répond à des dynamiques très contrastées », explique Sébastien de Lafond, président et cofondateur de MeilleursAgents. « De nombreux acteurs du marché ont cédé à l’auto-persuasion en se félicitant d’une reprise d’activité qui s’accompagnerait d’une augmentation des prix. Certes, nous constatons un raffermissement de la demande mais il ne faut pas pour autant se réjouir trop rapidement. Les acheteurs sont un peu plus présents sur les marchés. Ils ont compris que le niveau historique des taux, couplé aux baisses de prix de ces derniers mois, a boosté leur pouvoir d’achat (…). Il ne faut pas non plus négliger l’impact de la saison qui oblige bon nombre de familles à conclure des ventes avant l’été pour commencer la rentrée dans leur nouveau logement ».

Reprise de la demande

En effet, malgré la lente baisse des prix à Paris, MeilleursAgents observe une légère reprise de la demande, y compris en province.

« La reprise de la demande s’intensifie dans la plupart des grandes villes de France à l’exception notable de Marseille et de la Grande Couronne de la région parisienne (…). Sous l’impulsion d’une demande plus forte, les prix augmentent dans les villes les plus dynamiques et les plus attractives : Nantes, Montpellier, Toulouse, Bordeaux », résume la note de MeilleursAgents publiée en matinée.

Quelle évolution pour les taux de crédit immobilier ?

« Le niveau des taux d’intérêt immobilier est probablement le facteur principal du retour des acheteurs. Malgré une hausse récente, les taux restent très bas pour ceux qui peuvent emprunter.

Le président du réseau d’agences s’interroge néanmoins : « Mais quelle sera la situation après l’été ? Les taux d’emprunt immobilier ne baissent plus et ont même remonté en juin (+0,2% en un mois sur les emprunts à 20 ans) en réaction à la hausse des taux sur les obligations d’État (le taux de l’OAT à 10 ans est passé de 0,3% en avril à 1,2% en juin). Le feuilleton à rebondissements de la dette grecque crée beaucoup d’incertitudes dans les marchés financiers, mais ceux-ci se comportent majoritairement comme si la crise allait être réglée. Si ce n’était pas le cas, les taux pourraient remonter beaucoup plus haut et casser, au moins à court terme, la dynamique positive du marché immobilier. Mais nous n’en sommes pas là ».

Evolutions en province

En province, les variations de prix sur un an restent très variables. « Les villes de province qui montrent un grand dynamisme en matière d’emploi et d’économie attirent de plus en plus de Français et voient leurs prix augmenter, parfois de façon sensible : +0,8% en deux mois à Toulouse, +1,2% à Nantes, ou encore +0,9% à Montpellier ou Bordeaux sur la même période », explique Sébastien de Lafond.

« Nous pouvons établir deux groupes de villes de province », poursuit-il. Ainsi, à Marseille, Nice et Strasbourg par exemple, les prix poursuivent une tendance baissière. « Les villes ayant connu des hausses de prix importantes jusqu’en 2011 corrigent encore leurs excès et continuent de voir leurs prix baisser. C’est le cas à Paris et en Île-de-France ainsi qu’à Marseille », explique-t-il. « Le second groupe (Toulouse, Nantes, Montpellier, Bordeaux et Lille) voient leurs prix augmenter (+0,3% à +0,5% en un mois ; jusqu’à + 3,5% depuis janvier pour Nantes). C’est très probablement le résultat du dynamisme local avec des économies et des marchés de l’emploi qui attirent de nouveaux habitants au moins autant que la qualité de vie revendiquée par ces cités ».

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • axiome01 le vendredi 3 juil 2015 à 16:43

    et oui, c'est bien dans l'immobilier que l'on pourra trouver une possibilité de redonner du pouvoir d'achat. arrêtons de vouloir construire, favorisons la rénovation par une baisse de prix suffisante. stop les aides à la pierre. baisses des loyers systématique doit être couplé à une baisse immédiate et sans frais des taux des crédits existants. 100€ de mois sur le loyer pour 100€ de mois de mensualité du crédit.

  • vivinfo le vendredi 3 juil 2015 à 15:42

    l'immobilier est à des niveaux délirants en ile de FranceIl est urgent que la France traite son problème immobilier, qui ruine les classes moyennes en confisquant son pouvoir d'achat..

  • MIKE3000 le vendredi 3 juil 2015 à 15:24

    Et, ce n'est pas fini! ...

  • SM7 le vendredi 3 juil 2015 à 15:18

    M1693744 une reprise inversée, molle, voire négative, c'est selon la sémantique employée. Y en a bien pour parler d'inflation négative pour ne pas prononcer le gros mot qui fâche ''DEFLATION''

  • M2399713 le vendredi 3 juil 2015 à 15:11

    Ce sont bien les seuls à le dire...

  • M1693744 le vendredi 3 juil 2015 à 15:05

    on nous parlait de reprise le mois dernier lol