Immobilier portugais: les Français, premiers acheteurs étrangers

le
1

Selon des statistiques portugaises, au premier trimestre 2016 les Français sont devenus pour la première fois la principale clientèle étrangère du pays. Ils devancent les Britanniques et les Chinois.

Le goût des Français pour l’immobilier portugais semble se confirmer et même s’amplifier de mois en mois. À en croire les chiffres du 1er trimestre 2016 publiés par l’APEMIP (associação dos Profissionais e Empresas de Mediação Imobiliária, l’association des professionnels de l’immobilier), nos compatriotes sont devenus la première clientèle étrangère.

Sur les 25.000 transactions conclues au Portugal durant le premier trimestre de l’année, 20% concernent des acheteurs étrangers. Et dans ces 5000 ventes, les Français représentaient pas moins du quart contre 18% pour les Britanniques et 13% pour les Chinois. Plus discrets, on compte aussi 8% de Brésiliens, 5% de Belges et 4% de Suisses. Des chiffres qui montrent une nette percée tricolore puisqu’en 2015 sur les 107.302 transactions annuelles relevées par l’institut portugais de la statistique, les Britanniques étaient de loin les premiers clients étrangers. Parmi les 22% de ventes impliquant des investisseurs étrangers, la Grande-Bretagne s’en est adjugé 23% contre 18% aux Chinois et 16% aux Français.

Exonération d’impôts

Une évolution qui réjouit forcément Cécile Goncalves, directrice de l’agence spécialisée Maison au Portugal. «Les Français ont véritablement découvert le pays en 2013, rappelle-t-elle. Depuis l’engouement monte et les choses s’accélèrent depuis l’année dernière.» Selon elle, cette forte progression est notamment le résultat d’un bon bouche-à-oreille après les premières acquisitions. Et l’argument fiscal (exonération d’impôt pendant 10 ans sur les revenus en provenance de l’étranger) continue à produire ses effets.

Pour l’instant, les achats réalisés à travers cette agence concernent à 80% des résidences principales. Pour une bonne partie de la clientèle, le budget s’étale de 200.000 à 350.000 euros. L’Algarve, au sud du pays, attire bon nombre de nouveaux venus à la recherche du climat le plus ensoleillé possible mais contrairement aux Britanniques, ce n’est pas la seule destination. Une partie de la clientèle opte en effet pour Porto et sa région tandis que ceux qui disposent d’un budget plus conséquent et connaissent déjà bien le Portugal mettent le cap sur Lisbonne ou sa voisine balnéaire chic, Cascais.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu il y a 6 mois

    Oui et ça n'a pas fait baisser les prix, attention à la prise de conscience des portugais qui ne vont plus pouvoir se loger