Immobilier : Paris surévalué, selon The Economist

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - En 2012, les prix de la pierre ont bondi de 21,8% à Hong-Kong et de 86,8% depuis le quatrième trimestre 2007, date d'entrée dans la crise financière, selon les chiffres du magazine The Economist, qui a compilé les données de différentes sources (BRI, Haver Analytics, Nationwide, OCDE, Thomson Reuters...). L'ancienne colonie britannique figure ainsi en tête du palmarès des hausses dans le monde. À l'inverse, à l'autre extrémité, les prix ont chuté de 9,3% l'an dernier en Espagne et de 24,3% depuis fin 2007.

?Une diversité similaire caractérise les valorisations?, constate The Economist. Si l'on compare les prix par rapport aux loyers, le Canada arrive en tête des pays les plus surévalués (+ 78%) devant Hong-Kong (+ 69%) Singapour (+ 57%) et la France (+ 50%), le Japon affichant pour sa part la plus importante sous-valorisation (?37%). En revanche, si l'on se réfère aux revenus des ménages, c'est la France qui tient le haut du pavé avec une surévaluation de 35%, devant le Canada (+ 34%) et les Pays-Bas (+ 33%), le Japon restant toujours le pays le plus sous-évalué (? 36%).

The Economist note toutefois une anomalie parmi les grandes économies européennes : l'Allemagne où les prix sont en hausse (+2,7% en 2012, + 8,8% depuis fin 2007), mais où la sous-évaluation est encore patente : ?17%, que ce soit par l'angle des loyers ou des revenus des ménages. En d'autres termes, les propriétaires allemands, qui peuvent bénéficier de coûts d'emprunt extrêmement bas, ont, eux, de sérieuses chances de dégager des plus-values à l'avenir, estime le magazine.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant