Immobilier : Paris se ferme aux primo-accédants

le
5
DR
DR

(lerevenu.com) - A partir des données issues de Capacim, le Crédit Foncier et l'Université Paris-Dauphine ont réalisé une étude consacrée à l'évolution de la capacité d'achat immobilier des ménages au cours des six dernières années de crise (2007 à 2012).

6 ménages sur 10 (61,7%), en moyenne, sont en capacité d'acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une des dix métropoles de Province étudiées par Capacim, alors que 1 ménage sur 3 (34,%) est en capacité à Paris.

Le baromètre Capacim évolue de façon significative en Ile-de-France (de 28% à Neuilly-sur-Seine à 71% à Evry), comme en Province (de 46% à Marseille à 70% à Rennes). En Ile-de-France, Palaiseau (+6,8%), Cergy (+4,7%) et Evry (+4,5%) sont les villes où le pouvoir d'achat immobilier progresse le plus, à l'inverse de Neuilly-sur-Seine (-19,2%), Paris (-17,6%) et Boulogne-Billancourt (-12,4%). En province, le trio de tête est formé de Toulouse (+6,0%), Lyon (+4,9%) et Nancy (+3,4%), alors que les lanternes rouges sont Rouen (-1,3%), Bordeaux (-4,9%) et Marseille (-14,9%). «Certaines villes ne semblent plus accessibles à ceux qui se lancent pour la première fois dans l'acquisition de leur résidence principale», précise l'étude.

La capacité d'achat des futurs acquéreurs dépend aussi fortement de leur âge. C'est à nouveau à Paris que les écarts générationnels sont les plus importants : moins d'un ménage sur cinq (18%), âgé entre 25 et 45 ans et résidant en Ile-de-France, est en mesure d'acheter un bien correspondant à ses besoins dans la capitale, contre 47% pour la classe des 45/60 ans et 55% pour celle des plus de 60 ans.

Cet écart générationnel est moins significatif en Province. Les villes les plus accessibles pour les 25/45 ans sont Nancy (Capacim y est égal à 71,0%), Strasbourg (66,7%), Rennes (63,2%) et Toulouse (60,9%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mercredi 25 sept 2013 à 16:23

    Preuve s'il en est qu'il n'y a pas de bulle spéculative vu que l'offre est inférieure à la demande.

  • jbany le mardi 17 sept 2013 à 17:48

    Bien sûr les jeunes n'ont pas de pognon. Pour se payer un appart à Paris, il faut qu'ils aient la chance d'avoir des parents fortunés. Et encore,les vieux meurent trop vieux. Du coup quand les vieux meurent et laissent un héritage, les jeunes sont déjà vieux. Les mieux c'est d'être riche rentier dès la naissance. Il y en a. Surtout à Paris

  • M4358281 le mardi 17 sept 2013 à 14:59

    En province ...ils arrivent à 4000€ le M2 ..( ex = Rennes ..) voir plus .. pas cher pour les parisiens ..mais pour les "indigènes" ...!!

  • d.jousse le mardi 17 sept 2013 à 14:58

    ce n'est pas nouveau. vivre en région parisienne c'est tout simplement accepter d'être mal logé.

  • M4358281 le mardi 17 sept 2013 à 14:57

    et même pour les "secundo"-accédants ..il faut un premier bien vendu + un solde complémentd'apport