Immobilier neuf : et si vous achetiez sur la Côte d'Azur

le
2

À l’heure où les prix continuent de fléchir et même s’ils restent élevés en Méditerranée, investir en bord de mer reste une valeur sûre. De Menton à Perpignan, tour d’horizon des opportunités.

C’est le début de l’été, l’occasion de s’intéresser à l’immobilier en bord de mer. Explorimmoneuf (site du groupe Figaro) a choisi la Méditerranée. Des plages de la côte d’Azur à l’arrière-pays varois, en passant par le Languedoc, le Roussillon, et la Corse, l’enquête invite à découvrir des biens immobiliers, quasiment les pieds dans l’eau. Une seule constante: le front de mer est rare et cher, ce qui ne l’empêche pas d’être toujours aussi convoité. Pour qui veut investir avec le dispositif Pinel, le littoral méditerranéen est un bon point de chute car la demande locative y est forte. Ce régime permet d’acheter un logement locatif en profitant d’une réduction d’impôt qui dépend de la durée d’engagement (6, 9 ou 12 ans). En fonction de l’option choisie, la réduction peut atteindre 12, 18 ou 21%. Le dispositif offre aussi la possibilité de louer à un ascendant/descendant.

Montpellier très recherché

«Dans les Bouches du Rhône, le marché est globalement porteur» constate Christian Dubois (Nexity) qui considère que la répartition entre acheteurs en résidence principale et investisseurs est bien équilibrée. De Menton à Saint-Tropez quelques programmes neufs sortent de terre. Pour Yann Hubert du groupe Les Nouveaux Constructeurs, «sur ce secteur, la demande se maintient, répartie entre des seniors qui veulent s’installer, et des actifs qui descendent deux ou trois fois par mois sur la Côte.» De son côté, Jacques Rubio, directeur de Kaufman & Broad dans le Sud -Ouest est catégorique: «Les secteurs proches de Montpellier sont recherchés, notamment des stations comme Palavas-les-Flots ou Mauguio-Carnon. Là, les promoteurs développent généralement des petits programmes de 50 logements maximum qui attirent les acquéreurs.»

Quelques exemples de prix pratiqués: à Argeles-sur mer (Roussillon) dans le neuf, le 2-pièces est à 121.000€ et le 3-pièces à 150.000€. Le long du littoral azuréen, à Antibes, il est possible d’acquérir un 3-pièces neuf à partir de 261.000 euros. À Nice, tout près de la place Garibaldi, un promoteur affiche ses appartements entre 140.000 et 360.000€. Dans le Var, à Cogolin, les 2 et 3-pièces se vendent entre 178.000 et 219.000€. Passée de la zone B1 à la zone A, Montpellier a vu son marché dynamisé par les investisseurs, déjà très présents dans la capitale languedocienne. Quant à Perpignan, désormais éligible en Pinel, en zone B1, avec un plafond de loyer plus élevé, le 3-pièces dans le neuf débute à 146.000 €.

» Retrouvez l’intégralité du dossier sur Explorimmoneuf

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4369955 le mercredi 15 juil 2015 à 12:19

    Le bon plan c'est Perpignan

  • M3182284 le dimanche 12 juil 2015 à 22:27

    Pour Montpellier: calculez avec les impôts locaux, et reparlons-en