Immobilier : les villes où l'on peut emprunter à moins de 2%

le
0

EXCLUSIF - Où emprunter en France sur 10 à 20 ans à des taux extrêmement avantageux ? Le Figaro Immobilier dévoile une carte d’une vingtaine de villes, avec les chiffres correspondants.

Il y a quelques jours Le Figaro Immobilier vous expliquait pourquoi les taux de crédit immobilier sont loin d’être identiques partout en France. En moyenne, on emprunte à 2,10% sur 15 ans, 2,40% sur 20 ans, 2,85% sur 25 ans, et 3,10% sur 30 ans. Mais dans certaines villes, les taux descendent désormais en deçà de 2%! Selon notre contenu interactif, réalisé grâce aux données recensées par le courtier en ligne VousFinancer.com, on se rend compte qu’il y a des villes concernées partout en France. Nous en avons sélectionnées une vingtaine.

Tout dépend de la durée sur laquelle on emprunte, mais le schéma est partout le même. Plus la durée d’emprunt est courte, plus il est facile de réaliser d’excellentes opérations. Les taux les plus avantageux d’entre eux restent toutefois réservés à des privilégiés, une clientèle haut de gamme qui a des revenus confortables. «Les taux bas seront surtout accordés à des acquéreurs qui ont les capacités financières pour rembourser rapidement», explique Sandrine Allonier, chez VousFinancer.com.

«Dans une même banque, on trouve à la fois un crédit sur 15 ans à 1,85% et un autre à 2,55% sur la même durée. Pourquoi? Parce que le premier est accordé à un acquéreur qui gagne plus de 50.000 euros, et qui dispose de 15% d’apport... quand on accordera le deuxième à un acquéreur gagnant moins de 50.000 euros et qui n’a pas les 15% d’apport. Et il y a des dizaines d’exemples», constate-t-elle, sans donner le nom des banques. «Les taux sont bas, certes. Mais ce sont surtout les gros revenus qui en profitent!»

Dernière tendance, on peut emprunter un peu partout à moins de 2%. Les Parisiens ne sont pas privilégiés. Bien au contraire, pour l’emprunteur en province la concurrence est moindre qu’à Paris, où les «très bons dossiers» d’acquéreurs sont plus nombreux.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant