Immobilier : les ventes chutent mais les prix résistent

le
4
Les notaires d'Ile-de-France notent un net ralentissement de l'activité du secteur immobilier. Le nombre de transactions a baissé de 20 % sur un an. Mais les prix, eux, se maintiennent.

Meilleursagents.com annonçait il y a quelques jours un marché proche du blocage à Paris comme en banlieue, avec une baisse des transactions et des prix toujours tendus. Les statistiques publiées ce mercredi par les notaires de Paris-Ile-de-France vont dans le même sens.

Du mois de février au mois d'avril 2012, 26.400 logements anciens ont été vendus en Ile-de-France, soit 20 % de moins qu'un an plus tôt à la même période (33.100 ventes), et près de 30 % de moins que pendant les années fastes de 1999 à 2007. Et c'est dans la capitale que l'écart s'est le plus creusé, avec un effondrement de 25 % sur un an et de 42 % par rapport à 1999-2007. Selon les notaires, les avant-contrats signés au mois de mai confirment la poursuite de cette tendance. Pas de quoi faire chuter les prix pour autant. Après le léger reflux de la fin d'année 2011, les notaires constatent une petite hausse au mois d'avril 2012 à Paris et une stagnation dans le reste de la région (+0,5 % en grande et petite couronne). En moyenne, le mètre carré atteint désormais 5.500 euros sur l'ensemble de l'Ile-de-France. À Paris, les 8.260 euros observés au mois de mars ont largement été dépassés en avril: le prix moyen a atteint 8.380 euros par mètre carré. Leur niveau de novembre 2011. D'après les dernières projections, Paris passerait la barre des 8.400 euros à la fin du mois d'août.

Perte de confiance des propriétaires

«Cette situation conjointe de baisse des volumes et de hausse des prix est paradoxale, mais ce n'est pas la première fois», analyse Frédéric Labour, notaire à Corbeil-Essonnes (91). Il explique que, traditionnellement, Paris résiste, notamment car les Parisiens ont une capacité d'endurance face à l'augmentation des prix plus importante que la majorité des Français. Mais que le rythme de hausse se poursuive malgré la baisse des ventes est «une aberration», poursuit-il. «Je ne vois qu'une seule explication à cette faiblesse des transactions: si les biens ne se vendent plus c'est tout simplement parce qu'il n'y en a plus à vendre. Les propriétaires attendent. C'est un problème de perte de confiance dans la conjoncture actuelle», explique-t-il. Frédéric Labour note également l'absence d'acheteurs, aussi attentistes. «Les vendeurs n'ont pas forcément d'effort à faire sur les prix pour le moment car la demande est aussi en baisse. La situation va forcément se dénouer, les pertes de confiance ne durent pas», ajoute-t-il. Les candidats à l'acquisition peuvent néanmoins en profiter pour tenter des négociations, notamment sur les biens en vente depuis longtemps. Quant à espérer un effondrement des prix, c'est, selon lui, peine perdue. «Il n'y a pas de bulle à Paris car les achats ne sont pas spéculatifs. Les Parisiens achètent pour se loger. S'il y avait une bulle, elle aurait éclaté en 2008, lorsque les transactions ont chuté de 45 %. Or nous n'avons constaté que des baisses de prix de l'ordre de 6 à 7 % six mois plus tard.»

LIRE AUSSI:

» Immobilier: plus d'un Parisien sur deux ne peut pas acheter

» Baisse modeste des prix de l'immobilier à Paris

» La construction de logements en panne

» Immobilier: sévère crise en Espagne

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5851878 le mercredi 4 juil 2012 à 15:55

    «Il n'y a pas de bulle à Paris car les achats ne sont pas spéculatifs."Ah ah excellente sa blague. Attends, il est sérieux, là ?

  • loco93 le mercredi 27 juin 2012 à 18:48

    Les banques ne pretent plus car elles craignent une explosion de la bulle, c'est pas plus compliqué que celà... se retrouver avec des biens (saisis) qui ne valent plus rien, c'est bien là le probléme.

  • SaasFee le mercredi 27 juin 2012 à 15:50

    Ils sont top forts, les prix. De vrais super héros ! J'ai hâte d'assister au gadin final.

  • M8043631 le mercredi 27 juin 2012 à 15:23

    Comment vendre puis acheter plus grand avec une imposition de la plus value surtout quand les banques ne semblent plus remplir leur fonction? Sinon qu'il y ait moins de transaction c'est compréhensible devant les caprices monétaires qui l'espace d'un week-end pourrait ratiboiser vos liquidités de 15 à 20%…alors vendre d'où l'attente généralisée.