Immobilier : les taux devraient rester très bas jusqu'à fin de l'année

le
0
Immobilier : les taux devraient rester très bas jusqu'à fin de l'année
Immobilier : les taux devraient rester très bas jusqu'à fin de l'année

Il est encore temps d'investir dans la pierre à un prix attractif. En effet, les taux de crédit immobilier devraient rester à des niveaux historiquement bas jusqu'à fin 2015, à en croire le courtier Immoprêt.

Dans son dernier baromètre publié vendredi, il reconnaît certes «pour la première fois depuis quelques mois, certains (taux de crédit) repartent à la hausse», bien que de mai à juin la plupart ont baissé. LCL a remonté de 0,10 son taux à la mi-mai. Mais la banque a en fait seulement  annulé une baisse de 0,10 point décidée quinze jours plus tôt, pour mieux s'ajuster aux niveaux du marché, explique-t-elle.

Vers une stabilisation

Sur l'échéance à 25 ans en particulier, Immoprêt note «une remontée des taux pour la région nord, de 2,30% à 2,50%, et sud de 2% à 2,35%». Mais il ne s'agit pas pour autant d'un retournement de tendance, selon le courtier.  «Ces hausses restent essentiellement liées à des correctifs en fonction des politiques commerciales des banques», estime Ulrich Maurel, son fondateur. 

«L'évolution de la stratégie commerciale d'une banque ne suffit pas pour parler de retournement de marché» juge aussi le courtier Cafpi. Après une baisse continue des taux depuis septembre 2014, ceux-ci évoluent à des niveaux historiquement bas.

Immoprêt estime qu'ils vont stagner sur les trois mois à venir, avant d'entamer une lente remontée au dernier trimestre, tout en restant très bas jusqu'à la fin de l'année. «Une hausse sensible des taux n'est pas d'actualité : la tendance est à la stabilisation», estime lui aussi le courtier ACE Crédit.

La BCE joue un rôle dans ces taux historiquement bas

La sensible remontée, ces dernières semaines sur le marché obligataire, du taux d'emprunt à 10 ans de la France (OAT), a pourtant suscité quelques inquiétudes. Référence pour les emprunts à taux fixe des particuliers, il pouvait en effet préfigurer une hausse des taux de crédit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant