Immobilier : les taux au plus bas depuis les années 1940

le
1

Les taux des crédits immobiliers sont tombés à 2,68 % en moyenne en août, selon l'Observatoire Crédit Logement.

Lentement mais sûrement, les taux des crédits immobiliers continuent de baisser. En août, les Français se sont endettés à 2,68 % en moyenne (hors assurance), contre 2,7 % en juillet, constate l'Observatoire Crédit Logement/CSA, souligne l'étude. Un niveau auquel personne ne croyait en début d'année.

La quasi-totalité des crédits (97 %) ont été accordés à un taux inférieur à 3,5 % (contre 85,2 % en 2013). Les particuliers ont emprunté sur 17,4 ans en moyenne (209 mois). Ceux qui accèdent pour la première fois à la propriété se sont endettés sur une durée plus longue: 19,9 ans pour un achat dans le neuf et 18,4 ans pour un logement ancien. Mais il faut un apport personnel de plus en plus conséquent pour pouvoir emprunter: il progresse de 0,9 % sur un an fin août, après un repli de 5,5 % en 2013.

Depuis le début de l'année, les taux ont déjà perdu 0,4 %. «En août, la baisse s'est ralentie, sur un marché très tranquille durant cette période estivale», souligne toutefois, l'étude, précisant tout de même que «le mouvement de recul, qui dure depuis plusieurs mois, est inédit depuis les années 1940.

Les raisons? Le taux de l'OAT, l'obligation d'Etat à 10 ans sur lequel sont indexés les prêts à taux fixe a fortement baissé depuis le début de l'année. Cette tendance s'est même amplifiée pendant l'été, l'OAT atteignant des niveaux historiquement bas (1,31 % le 3 septembre).

Paradoxalement, malgré ces conditions d'emprunt exceptionnelles, le nombre de crédits accordés a reculé en août de 5,6 % sur un an. Le ralentissement constaté depuis le printemps laisse attendre une année 2014 médiocre», prévoit l'Observatoire Crédit Logement/CSA...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le jeudi 4 sept 2014 à 08:39

    Les banques ne veulent pas prêter d'argent contrairement à ce qu'elles disent et mettent de telles conditions d'octroi que même en baissant le taux des prêts quasi plus aucun français n'est en mesure d'emprunter! Et après les banques trouvent surprenant que les encours de prêts soient en baisse!