Immobilier : les tarifs des syndics pourraient grimper de 20%

le
2

Dans Le Parisien - Aujourd'hui en France , l'association de propriétaires l'ARC alerte contre les fortes hausses de tarifs annoncées par certains syndics.

Les syndics avaient menacé le gouvernement de hausses de tarifs pendant l'examen de la loi Alur pour l'accès au logement et à l'habitat rénové. Ils sont sur le point de mettre leur menace à exécution. L'association des responsables de copropriété, l'ARC, tire la sonnette d'alarme dans le Parisien-Aujourd'hui en France ce matin: plusieurs syndics parmi les plus importants ont récemment réuni les présidents de conseils syndicaux pour les informer d'une future hausse de tarif de 20%. Ainsi de la Fnaim à Orléans ou de Nexity.

L'entourage du président de la Fnaim confirme d'ailleurs au quotidien son intention de pratiquer une telle hausse de tarif: «La future loi Alur va nous imposer tellement d'obligations que nous serons contraints de relever nos honoraires de l'ordre de 20%». Foncia confirme également qu'elle relèvera ses honoraires, sans toutefois monter jusqu'à 20% d'augmentation. De quoi faire craindre à Bruno Dhont, le directeur général de l'ARC, «une entente entre les gros syndics» pour relever leurs prix avant la publication du décret qui doit les encadrer.

Encadrement des tarifs

La loi Alur, publiée au journal officiel le 26 mars dernier, réglemente davantage l'activité des syndics. Ils n'auront dorénavant plus le droit d'utiliser un seul compte bancaire pour la gestion de l'ensemble de leurs copropriétés. Une facilité qui leur permettait de négocier de meilleurs tarifs auprès de leur banque, mais dont le manque de transparence était régulièrement critiqué par les associations de consommateurs. Désormais, les syndics devront ouvrir un compte pour chaque copropriété de plus de quinze lots, ce qui devrait en effet entraîner des frais supplémentaires.

L'envolée de leurs tarifs sera parallèlement contenue puisqu'ils ne pourront à l'avenir facturer de frais supplémentaires que pour certaines prestations définies par décret: devraient figurer parmi elles le suivi des impayés ou la tenue d'une assemblée générale extraordinaire par exemple. Dans l'attente de ce décret, que l'ARC presse le ministère de publier, le président de l'association met en garde les propriétaires: «Râlez, refusez toute hausse de plus de 5% et rediscutez tous les frais».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7377356 le jeudi 24 avr 2014 à 14:50

    Gérez vous-même votre immeuble ! c'est beaucoup plus simple que vous le croyez à la seule condition de ne tolérer aucun retard de paiement et vous ferez de très grosses économies et vomissez ces syndics voleurs qui appartiennent tous à la même religion !

  • ttini le jeudi 17 avr 2014 à 12:06

    depuis un moment rien ne baisse, à part le froc.