Immobilier : les professionnels bloquent l'encadrement des loyers

le
1
Les professionnels de l'immobilier manifestent leurs inquiétudes quant au projet de loi Duflot, qui doit être présenté ce mercredi en Conseil des ministres.

La tension est à son paroxysme entre la profession et l'exécutif. À l'initiative de la Fnaim, la Fédération nationale de l'immobilier, les agents immobiliers ont suspendu leur participation à la mise en place d'un réseau d'observatoire des loyers que veut instaurer le gouvernement avec la loi «pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur)». Un blocage qui pourrait faire échouer le projet de loi: l'encadrement des loyers ne peut se faire sans la constitution d'un référentiel des prix.

Cette réforme, qui sera présentée en conseil des ministres ce mercredi 26 juin, veut mettre fin au paiement systématique d'un mois de loyer par les locataires ayant recours à une agence immobilière. Les fédérations professionnelles de l'immobilier y voient une menace car ce projet de loi prévoit de réduire les frais d'agence.

La loi Duflot «ne s'attaque pas aux vrais problèmes»

La semaine dernière, le PDG du groupe immobilier Nexity, Alain Dinin, a déclaré que les mesures annoncées par la ministre du Logement Cécile Duflot stigmatisaient injustement l'ensemble de la profession pour «faire du buzz» et ne s'attaquaient pas aux «vrais problèmes». Jean Perrin, président de l'Union nationale de la propriété immobilière, a qualifié ce projet de «loi anti-logement». Les agents immobiliers n'apprécient pas les sorties de Cécile Duflot et affirment se sentir trahis. «Huit mois de concertation avec le gouvernement et l'engagement que nous serions traités correctement pour aboutir à un projet de loi de 200 pages où une dizaine seulement concerne les agents immobiliers. La ministre s'approprie les mesures de notre livre blanc, alors que les conférences de presse sont consacrées à taper sur les agences», a déclaré Jean-Francois Buet au quotidien Le Monde. De son côté, le ministère du Logement dénonce le blocage de la Fnaim: «Certains professionnels font preuve de mauvaise volonté dans quelques endroits, mais cela n'empêche pas l'expérimentation d'avancer», rapporte le quotidien.

La Fnaim et l'Union des syndicats de l'immobilier devraient envoyer une lettre à François Hollande ce vendredi afin de réaffirmer leur mécontentement concernant le projet de loi «Alur». Les honoraires d'agence, principal sujet de discorde, devraient au final être rééquilibrés entre propriétaire et locataire. Les agents immobiliers devront justifier leurs honoraires.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 le dimanche 23 juin 2013 à 10:22

    Je dirais plutôt tentent de bloquer... car ce ne sont pas eux qui font les lois.