Immobilier : les prix vont continuer à baisser en 2016

le
1

Les économistes du Crédit Agricole tablent sur une année moins dynamique qu’en 2015 sur le marché immobilier, en raison notamment d’une possible hausse des taux des crédits immobiliers.

Les professionnels de l’immobilier prédisent dans l’ensemble une année 2016 favorable au marché immobilier. Ils sont même 67% à se dire optimistes, contre 35% il y a tout juste un an, selon un sondage réalisé par CSA pour le Crédit foncier. Les économistes du Crédit Agricole tablent eux aussi sur un marché immobilier «dynamique». «Les volumes de transactions devraient rester élevés, mais en léger repli d’environ 5% dans l’ancien», estiment-ils. Selon leurs prévisions, les transactions devraient en revanche, augmenter de 10% dans le neuf. La demande pour la pierre reste, il est vrai, importante en France. Elle est soutenue par «plusieurs facteurs structurels: le désir d’accession à la propriété, une démographie assez dynamique, la décohabitation (NDRL: séparations…), la pierre valeur refuge, la préparation à la retraite». En parallèle, la nouvelle version du PTZ entrée en vigueur le 1er janvier pour deux ans (plafonds de ressources relevés, montant du prêt pouvant atteindre 40% de l’opération, différé de remboursement et durée du prêt allongée) devrait soutenir le marché, tout particulièrement dans le neuf.

Cependant, les économistes de la banque verte se veulent prudents. Ils identifient des facteurs conjoncturels susceptibles de gripper la reprise du marché. «La croissance va demeurer assez faible à 1,2% et le taux de chômage à peu près stable à un niveau élevé», écrivent-ils. Ces derniers anticipent par ailleurs une légère remontée du taux de l’OAT à 10 ans, sur laquelle sont indexés les taux des crédits immobiliers. «Il est difficile de prévoir l’amplitude et le timing de la remontée des taux», avancent-ils. Elle devrait cependant être limitée en 2016, mais devrait se poursuivre les années suivantes. Toute hausse des emprunts d’État Français, fera automatiquement grimper le taux des crédits immobiliers.

«Si l’effet d’aubaine ne joue plus, le marché immobilier (…) restera relativement correct, mais en légère correction, en 2016 et probablement en 2017-2018». Résultat, les prix de l’immobilier ancien, qui ont dans l’ensemble très faiblement baissé en 2015, devraient reculer de 1,5% en moyenne cette année. «La baisse cumulée des prix atteindrait 8% entre 2011 et 2016», estiment-ils. Ce qui reste modéré, mais cache d’importantes disparités géographiques, puisque dans les zones rurales, les prix ont déjà chuté de 20% à 40%.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 il y a 10 mois

    Ils disaient le contraire en fin d'année 2015 !!!