Immobilier : les prix surévalués entravent le marché

le
14
auremar/shutterstock.com
auremar/shutterstock.com

(Relaxnews) - Grâce à un immobilier moins cher et à des prêts très favorables, les primo-accédants sont de retour et la baisse des prix se tasse, selon Century 21, qui publie sa note de conjoncture. Mais pas de quoi relancer l'immobilier pour autant. Le volume des transactions est toujours en berne, à cause de vendeurs trop gourmands.

Au troisième trimestre 2012, le recul des prix de l'immobilier est de -1,7% par rapport à la même période un an plus tôt. Au premier trimestre, il était de -2,6% par rapport au premier trimestre 2011.

D'après Century 21, qui vient de dévoiler sa note de conjoncture, cet enrayement est dû à des primo-accédants motivés par le recul des prix du début de l'année et des taux d'emprunt toujours très bas.

Mais ce retour ne compense pour autant la chute du nombre des transactions. La faute, cette fois aux secundo accédants, qui continuent de surestimer leur bien mis en vente. Conséquence : ne trouvant pas preneurs, ils ne peuvent pas acheter un nouveau logement. Un phénomène qui grippe l'activité dans le réseau Century 21. Ce dernier révèle une baisse de 15,4% au niveau national.

En province, l'évolution des prix est à l'image de la structure du marché immobilier fin septembre. Ils sont stables, voire légèrement haussiers dans les zones tendues, même si les volumes reculent. En revanche, ils se rétractent dans les autres secteurs, en particulier ceux qui avaient continué d'augmenter en 2011.

A Paris, l'exception confirme toujours la règle. Les prix affichent encore une hausse sensible, pour atteindre un mètre carré de 8.365euro(s), excluant toujours plus les employés et ouvriers de ce marché. Ils ne sont plus que 6,1% à être présents dans le réseau Century 21, contre 12,5% un an plus tôt.

L'Ile-de-France absorbe une nouvelle fois une phénomène de report. Une partie des ménages les plus aisés se sont tournés vers les Hauts-de-Seine, quand les cadres moyens ont choisi les Yvelines et le Val-de-Marne. Les employés et les ouvriers se sont réfugiés dans l'Essonne, la Seine-Saint-Denis ou le Val d'Oise.

En raison de l'arrivée de ces recalés du marché parisien et du retour des primo-accédants, les prix sur douze mois ne reculent que de 0,5% en Ile-de-France. D'après Century 21, cette baisse demeure insuffisante pour relancer l'activité.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • elnovian le mardi 2 oct 2012 à 12:13

    supersum 34 % c'est sur les plus-values pas sur le montant total donc tu ne vends pas moins cher que l'achat.

  • supersum le mardi 2 oct 2012 à 12:07

    Avec un CSG à 15,50% attaquant les interets de l'épargne et certainement une fin de l'exonération des assutances vies avec une imposition sur les dates des versements et plus sur la date d'effet du contrat, les acheteurs peuvent difficilement attendre avec l'inflation subit. Par ailleurs qui dit non proprio dit locaiaires jetter les loyers par la fanetre, est ce tenable à long terme ?

  • supersum le mardi 2 oct 2012 à 11:57

    Ce n'est pas en mettant une nouvelle taxe ra*kette de 34% sur les plus value quasi impossible à éviter que les prix vont baisser, cela reviendrait dans certain cas à revendre moins cher que l'achat...

  • coche123 le mardi 2 oct 2012 à 11:01

    @sergemop, "ceux qui ont gagné 100% en 10 ans" est une vue de l'esprit inventée par les politiciens pour relancer la lutte des classes. Il n'y a aucun gain. Si vous vendez votre logement, c'est pour en racheter un autre. Et si vous toucher moins que le prix normal il vous faudra donc racheter un bien plus petit. A moins de partir de 200 km de chez vous dans une commune où les prix sont beaucoup plus bas.

  • mfouche2 le mardi 2 oct 2012 à 10:13

    un chiffre : baisse du volume des crédits à l'habitat de 40% sur les 9 premiers mois de 2012/2011

  • sergemop le mardi 2 oct 2012 à 08:32

    Ceux qui ont gagné 100% en 10 ans devront accepter de perdre 70% de leurs gains, le marché va corriger cet excès. Les gens n'ont pas les moyens d'acheter.

  • penilope le mardi 2 oct 2012 à 08:27

    quand ils auront besoin d'argent les vendeurs baisseront leurs prix.les acheteurs n'ont qu'à se protéger de l'inflation et attendre patiemment

  • M9086055 le mardi 2 oct 2012 à 03:15

    AVEC LE CHÔMAGE QUI MONTE, LES IMPÔTS QUI EXPLOSENT, L'ENERGIE QUI S'EMBALLE, LA CRISE QUI PERDURE, CELA M'ETONNERAIT QUE L'IMMOBILIER NE BAISSE PAS SIGNIFICATIVEMENT DANS LES MOIS QUI VIENNENT.OBSERVEZ LES ANNONCES SUR LE BON COIN: IL Y A DE PLUS EN PLUS DE BIENS QUI TRAÎNENT DEPUIS DES MOIS ET VOIR DEPUIS 2011 ET MÊME AVANT!!!!.LES VENDEURS CONTINUENT DE RÊVER......

  • eliosfce le lundi 1 oct 2012 à 21:50

    le but n'est pas non plus d'enrichir les agents immobiliers !!!!! on nous prend pour des courges avec cette "entrave"'

  • loco93 le lundi 1 oct 2012 à 21:10

    Les gagnants sont ceux qui auront su vendre leur bien peu avant l'hypothétique éclatement de la bulle et qui seront donc liquides pour revenir à des prix plus sages! Et seulement dans ce cas précis, on verra son pouvoir d'achat s'améliorer!