Immobilier : les prix stagnent, les ventes repartent

le
0
Immobilier : les prix stagnent, les ventes repartent
Immobilier : les prix stagnent, les ventes repartent

«Ça frétille, mais ça reste très fragile. » La formule de Thierry Delesalle, notaire à Paris, illustre bien l'attentisme qui règne sur le marché de l'immobilier en Ile-de-France en cette rentrée. Les derniers chiffres des notaires, rendus publics hier, montrent une stagnation des prix (- 0,4% sur le 2e trimestre 2013) et une petite hausse des ventes (+ 8% de transactions dans l'ancien) dans des volumes qui restent faibles. « Une timide embellie », relativise le notaire, qui parle d'un niveau de « transactions obligatoires, décès, divorces, mutations professionnelles? » en dessous duquel on ne peut pas descendre.

8200 ? le mètre carré à Paris.

Le prix des appartements anciens dans la capitale continue de baisser mais timidement, de 1,1% sur le dernier trimestre pour s'établir à 8200 ? le mètre carré. Avec des disparités très importantes entre arrondissements. C'est le VIe qui reste le plus cher (12000 ?/m2) mais la baisse des prix y est plus sensible qu'ailleurs : - 18% à Saint-Germain-des-Prés sur un an par exemple. Sans surprise, les XVIIIe et XIXe arrondissements restent les plus abordables, de 5800 à 6200 ? le mètre carré, des prix restés assez stables sur douze mois. « A noter que le rapport entre le quartier le moins cher et le plus cher est de 2,1, le chiffre le plus faible depuis 1991 », précise Elodie Fremont, notaire à Paris. Sur les volumes, les notaires constatent un léger mieux, avec des transactions en hausse de 5% sur trois mois. « Les ventes plafonnent à un faible niveau » relativisent toutefois les experts.

4390 ? en petite couronne.

Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne, des prix qui stagnent. « Et rien n'indique qu'une baisse des prix significative s'annonce », estiment les professionnels. En revanche, même constat que pour Paris, les ventes repartent à la hausse, de 11% au 2e trimestre 2013, dans l'ancien. « Nous avons peut-être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant