Immobilier : les prix stagnent, le marché reste bloqué

le
0

Au premier semestre, selon Century 21, les prix de l'immobilier ancien ont baissé seulement de 0,4 %. La durée de vente d'un bien immobilier a encore augmenté.

Calme plat sur le front de l'immobilier ancien. L'effondrement des prix régulièrement annoncé par les agences de notation n'a toujours pas lieu. Au premier semestre 2014, selon le réseau d'agences Century 21, les prix ont fait du quasi surplace avec un recul limité à 0,4 %. Soit 2545 ¤ le m2 en moyenne en France. Certes, cela vient s'ajouter aux légères baisses intervenues en 2012 (-2 %) et en 2013 (-1,8 %). Mais, au total, depuis 2000, les prix de l'immobilier ont encore augmenté de 75 %.

«Les prix ne chutent pas car les taux d'intérêt des crédits immobiliers sont très bas, affirme Laurent Vimont, PDG de Century 21. Mécaniquement, cela re-solvabilise un certain nombre de ménages et fait augmenter la demande par rapport à l'offre. Du coup, nous maintenons qu'en 2014, la baisse des prix de l'immobilier sera de 3 % maximum»

Timide augmentation à Paris, recul spectaculaire en Poitou-Charente

Reste que cette évolution globale se décline différemment suivant les territoires. À Paris, par exemple, les prix qui, pour la première fois depuis une quinzaine d'année, avaient connu une vraie baisse en 2013 (- 3,9 %) enregistrent une très timide augmentation (+0,3 %) depuis le début de l'année. Le record historique pour le m2 dans la capitale (+ de 8.400 ¤) n'est pas encore atteint. Mais le m2 dépasse les 8.200 ¤ (8.229 ¤). Globalement, sur une vingtaine de régions suivies par Century 21, quatorze voient le prix de l'immobilier baisser. Le recul le plus spectaculaire concerne le Poitou-Charentes (-6,8 %) devant Rhône-Alpes (-5,2 %) et Languedoc-Roussillon (-4,7 %). Léger recul également dans les grandes métropoles: - 1,8 % à Lyon où le m2 moyen s'établit 2.477 ¤, - 2,2 % à Marseille où le m2 moyen vaut 2.545 ¤. A contrario, plusieurs régions où les prix de l'immobilier avaient baissé l'année dernière enregistrent des augmentations. Parmi elles, la Bretagne (+6,7 %), l'Aquitaine (3,4 %) ou la Haute-Normandie (+ 5,3 %). A noter que dans ce marché où les prix ne décrochent pas franchement, le nombre de transactions est plutôt en recul (-2,8 %).

Repli du marché des résidences secondaires

«Cette baisse a deux raisons principales, estime Laurent Vimont. D'abord, la loi Alur a multiplié les documents nécessaires pour finaliser la vente d'un bien immobilier, ce qui au final retarde les transactions. Enfin, avec toutes ces annonces défavorables aux propriétaires depuis deux ans, le gouvernement a fait fuir les particuliers investisseurs».

Selon Century 21, depuis deux ans 110.000 particuliers investisseurs ont disparu pour ces raisons. Au premier trimestre, la part des investisseurs parmi les acheteurs de biens immobiliers a reculé de 8,4 %. Dans cette conjoncture difficile avec un chômage qui n'en finit pas de grimper, le marché des résidences secondaires continue aussi à se replier. Il ne représente plus que 6,8 % des transactions. Du coup, le délai de vente d'un bien immobilier en moyenne augmente. Il atteint 93 jours au premier semestre, très proche du plus haut niveau atteint en 2009 (96 jours). Depuis 2012, il a augmenté de 15 jours. La preuve que, pour l'instant, le marché est bloqué.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant