Immobilier: les prix résistent dans les villes, dévissent dans les campagnes

le
1

Alors que les volumes de ventes ont légèrement augmenté en France à fin septembre sur un an, les prix ont baissé de 1,7% en moyenne. Mais plus que jamais les disparités régionales sont importantes.

À quelques semaines de la fin de l'année, les notaires viennent de dresser le premier bilan de l'année 2014. Contrairement à ce que l'ont aurait pu redouter, les volumes de ventes des logements anciens se maintiennent à des niveaux proches des années passées. Au total, 725.000 logements ont été vendus entre octobre 2013 et fin septembre 2014 dans l'Hexagone - dont 589.500 en province et 135.500 en Ile-de-France, selon les statistiques des notaires. Un nombre en hausse de 5,4% par rapport à 2013, particulièrement morose (+7,5% en Ile-de-France). mais en recul de 9,7% par rapport aux années fastes 1997/2007.

Les prix des logements anciens ont eux continué à baisser en pente douce: recul de 1,7% (-1,9% pour les appartements et -0,4% pour les maisons anciennes) au niveau national à fin septembre. «Depuis 2011, les prix des appartements en France ont baissé de 7% en moyenne en retirant l'inflation et ceux des maisons de 5%», précise Thierry Thomas, président de l'Institut notarial du droit immobilier. «La tendance baissière se confirme», ajoute-t-il. Elle devrait même s'accélérer début 2015, prédisent les notaires en se basant sur les avant-contrats signés cet automne et dont les actes définitifs de vente seront signés en janvier (-1,7% entre octobre et janvier 2015) et -1,2% pour les maisons qui retrouveront leur niveau de 2010). À Paris, les prix au m2 devraient ainsi passer en janvier sous la barre des 8000 euros en moyenne.

Les prix ont bondi de 6% à Bordeaux

Mais, plus que jamais, de très importantes disparités régionales se cachent derrière ces moyennes de prix, avec d'un côté les grandes villes qui résistent plus ou moins bien et de l'autre, les campagnes qui s'effondrent. Ainsi, sur un an, les prix de la pierre ont bondi de 6% à Bordeaux et augmenté de 0,3% à Angers et de 0,1% à Lyon. À Nantes, Reims, Dijon, Toulouse et Grenoble, la baisse a été inférieure à 1%. Ailleurs, elle a été un peu plus marquée: Rennes (-1,2%), Nice (-1,2%) Toulon (-1,6%) Strasbourg (-1,7%) et Marseille (-1,8%). En revanche, Le Havre (-9,6%), Lille (-4,9%), Saint-Étienne (-4%) et Montpellier (-5,9%) ont davantage souffert. Dans cette dernière ville, les appartements anciens ont fait les frais de l'arrivée massive d'immeubles neufs sur le marché.

Chute des prix de 15 à 20% à 30 kilomètres des villes

«Mais dès qu'on s'éloigne de 20 ou 30 kilomètres des agglomérations, les prix chutent de 15 à 20% en moyenne», constate Thierry Thomas. À titre d'exemple, les prix ont reculé de 3% en moyenne à Rouen cette année, mais de 10% à Dieppe et de 12% à Elbeuf. La chute est encore plus forte dans d'autres régions. Les prix ont ainsi chuté de 31% dans la Creuse ou de 20 à 32% dans le Gers et le Cantal. Dans le Cher, de nombreuses maisons sont vendues à 15.000 euros! Au final, avec 150.000 euros, on peut s'offrir un appartement de trois pièces à Strasbourg et Toulouse, une maison de quatre pièces au Mans et une de cinq pièces à Tourcoing.

De moins en moins présents sur le marché, les acquéreurs âgés de moins de 30 ans ont été à l'origine de 18,8% des ventes d'appartements anciens, sur les 12 mois écoulés à fin septembre, contre 19,6% en 2013. Ils ont réalisé 15,6% des transactions sur les maisons anciennes, contre 16,2% sur la même période un an plus tôt.

A contrario, les acheteurs âgés de 60 ans et plus, se sont renforcés, en étant à l'origine de 21% des ventes d'appartements anciens et 14,8% de celles des maisons anciennes, contre respectivement 20,3% et 14% un an auparavant.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • duine le vendredi 5 déc 2014 à 13:37

    l'étape suivante, c'est la même baisse qu'on nos campagnes mais cette fois-ci au niveau des grands agglomérations.Les grandes aglo étant peuplées par définition par des personnes ayant des ressources plus importantes (ss faire de stéréotype), ceux ci seront les derniers à subir les baisses marquées de prix!!!