Immobilier : les prix ne baissent presque plus

le
5

INFOGRAPHIE - Les ventes repartent et les prix ne baissent quasiment plus. Cette tendance devrait se poursuivre en 2016.

Depuis le printemps, les acquéreurs sont de retour sur le marché immobilier. «En province, nous avons observé une reprise des volumes de ventes à partir du mois de juin, alors qu’à Paris c’était dès mars-avril», relève Thierry Thomas, président de l’Institut notarial de droit immobilier. «Il n’y a pas eu de tassement à l’automne, ce qui nous fait tabler sur une hausse de 5 à 6 % des transactions sur l’année 2015», poursuit-il. Le Nord (ventes en hausse de 18 % sur un an), le Calvados (+20 %), la Gironde (+18 %) et les Alpes maritimes (+17 %) ont été particulièrement actifs. Résultat, le niveau des ventes de logements anciens (753 000 transactions entre septembre 2014 et septembre 2015) se rapproche désormais de celui des années fastes de 1999-2007. Autre fait marquant, le marché des résidences secondaires, complètement sinistré ces dernières années, a redémarré, les vendeurs ayant enfin accepté de revoir leurs prétentions à la baisse.

Les maisons résistent mieux

Grâce à cette embellie, la baisse des prix s’atténue dans de nombreuses régions françaises. Fin septembre, les prix des appartements reculaient de 1,7 % par rapport à la même période de 2014, la baisse étant plus marquée en province (-2,1 %) qu’en Île de France (-1,3 %). Un peu partout, les maisons résistaient mieux (-1,4 % en province et -1,1 % en Île de France).En cette fin d’année, les prix continuent à se stabiliser. Les avant contrats signés pendant l’automne indiquent en effet qu’en janvier, au niveau national, les prix des appartements anciens progresseront légèrement de 0,2 % sur un an et les maisons de 1,1 % (+ 0,4 % et + 0,7 % en province). D’après les projections des notaires parisiens, on s’apercevra en janvier que les prix ont augmenté de 1,2 % sur un an dans la capitale, où l’offre est inférieure à la demande.

L’année 2016 s’annonce pour l’heure sous de bons auspices. La reprise du marché immobilier devrait se confirmer. «La demande reste soutenue. Le premier semestre 2016 devrait être aussi dynamique que ces derniers mois», prévoit Thierry Thomas, notaire en Loire-Atlantique. L’élargissement et l’assouplissement du prêt à taux zéro (PTZ) à partir du 1er janvier, devrait également permettre à davantage de jeunes et de ménages modestes de devenir propriétaires de leur premier logement neuf ou ancien (à rénover, les travaux devant au moins représenter 25 % de la valeur du bien). Pour autant, les prix ne devraient pas vraiment grimper. «Il ne faut surtout pas penser que les prix vont flamber dans les mois à venir, ce n’est pas du tout notre analyse», insiste Thierry Thomas. La hausse pourrait être comprise entre 0,5 % et 1 % en moyenne. Elle pourrait être un tout petit peu plus forte à Paris. «Beaucoup de stocks d’appartements à vendre ont fondu», pointe Thierry Delesalle, notaire à Paris.

Malgré le trou d’air dû à la crise, certaines grandes villes, en plus de Paris, ont vu leurs prix fortement augmenter au cours des dix dernières années: Bordeaux (+57 %) arrive en tête, suivie de Lyon (+42 %), Lille (+36 %), Nice (+31 %), Strasbourg (+29 %) et Toulouse (+22 %). A l’inverse, les prix ont reculé entre 2005 et 2015 à Saint-Étienne (-6 %) et Toulon (-2 %), tandis qu’ils restaient à peu près stables à Grenoble, Angers et Reims. Ces dernières années, les écarts se sont aussi creusés entre les zones urbaines et les campagnes, où le marché immobilier reste atone, malgré une chute des prix pouvant atteindre 20 % à 40 %.

Ce que l’on peut acheter selon son budget

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • soulamer il y a 12 mois

    le "presque"....

  • M5626052 il y a 12 mois

    Tous les 15 jours des annonces comme quoi le marché repart. J'habite en Savoie, et quand je regarde les affiches " à vendre" et que je note le nombre de mois, je me dis : soit les vendeurs sont trop gourmands, habitués à la hausse vertigineuse 2000-2008, soit les candidats à l'achat ont des pb de solvabilité. Sans doute un peu des deux.

  • M4405433 il y a 12 mois

    je suis d'accord avec Sibile, ceux qui attendant plus de baisse seront décus et les taux ne resteront pas eternellement à ce niveau. c'est le moment d'y aller !

  • th.k il y a 12 mois

    si les prix ne baissent plus les acheteurs n'achèteront pas et les prix rebaisseront encore, mais si certains achètent les prix seront justifiés, mais encore cher...

  • sibile il y a 12 mois

    prix et taux au plancher, c'est le moment d'acheter