Immobilier : les prix grimpent en réaction à la baisse des taux

le
31

Les prix de l'immobilier ont encore progressé en mai, soutenus par la baisse des taux de crédit immobilier.
Les prix de l'immobilier ont encore progressé en mai, soutenus par la baisse des taux de crédit immobilier.

D’après le dernier baromètre des prix de l’immobilier publié lundi 6 juin par MeilleursAgents.com, les prix auraient encore progressé au mois de mai, notamment à Paris. Le phénomène s’explique par la baisse des taux de crédit, donnant davantage de capacités financières aux acheteurs.

« A Paris, au mois de mai, les prix de l’immobilier ancien ont fortement progressé : +0,8%, soit +1,9% depuis le début de l’année. Cette hausse est particulièrement sensible sur les grandes surfaces (3 pièces et plus) dont les prix progressent de +1% en mai et de 2,1% depuis le début de l’année » observe le site d’informations immobilières MeilleursAgents, compilant les données des promesses de ventes signées dans le courant du mois dernier.

« Les petites surfaces ne sont pas en reste même si elles souffrent du manque d’investisseurs pour les raisons liées à la fiscalité et à l’encadrement des loyers que nous connaissons. Les prix des studios et deux pièces ont augmenté de +0,7% au mois de mai soit +1,7% depuis le 1er janvier », précise MeilleursAgents.

À noter que le phénomène ne s’observe pas dans les autres départements d’Île-de-France : « En banlieue, la situation est tout autre et les prix sont restés stables en mai à l’exception notable de la Seine-et-Marne dont les prix ont baissé de -0,5% sur ce seul mois (-1,8% depuis le début de l’année) ».

Les prix augmentent également en régions

En régions, le mouvement suit globalement la tendance de Paris intramuros.

À Bordeaux, les prix de l’immobilier auraient également augmenté de 0,8% le mois dernier. De manière moins marquée, la hausse se retrouve à Lyon (+0,3%), Marseille (+0,3%), Toulouse (+0,4%), Montpellier (+0,5%) et même à Lille (+0,3%) où les prix avaient précédemment subi une nette pression attribuée à l’encadrement des loyers (les prix à Lille restent en baisse de 2,9% depuis le début de l’année).

Dans le baromètre de meilleursAgents.com, seules Strasbourg (-0,6%) et Nantes (-0,2%) ont vu leur prix baisser au cours du mois dernier.

La hausse des prix est due à la baisse des taux

L’accélération de la hausse des prix observée depuis quelques mois en France s’explique très largement du fait de la baisse des taux de crédit immobilier accordés aux acheteurs par les établissements bancaires.

Pas plus tard que la semaine dernière, l’Observatoire Crédit Logement/CSA rapportait que les taux du crédit immobilier avaient poursuivi leur baisse en mai pour atteindre le taux moyen de seulement 1,77%, hors assurance. C’est deux fois moins qu’en 2012.

Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents, observe pour sa part que « Les taux moyens à 20 ans étaient de 2,5% au 1er janvier 2016. Ils sont aujourd’hui de 1,9% soit 4,8% d’augmentation du pouvoir d’achat en cinq mois, c’est considérable. De quoi encourager les acheteurs solvables ! ».

Les agents immobiliers pourront remercier Mario Draghi, président de la BCE, ayant décidé d’une nouvelle baisse des taux directeurs de la BCE en mars dernier, cette baisse se répercutant indirectement dans les taux de crédit immobilier proposés par les établissements bancaires à leurs clients.

La pluie et les grèves n’ont pas impacté le marché

Le mois de mai n’a pourtant pas été des plus favorables à une accélération de l’activité immobilière cette année : « le marché immobilier (…) a souffert d’un climat social et météorologique particulièrement adverse » commente ainsi MeilleursAgents.com.

En effet, le mois dernier, « Les mouvements sociaux un peu partout en France, les grèves, blocages et autres pénuries de carburant (…) ont impacté négativement l’activité, en particulier les visites d’acheteurs. Même la météo semble s’être mise au diapason en nous infligeant le mois de mai le plus pluvieux depuis 130 ans », commente Sébastien de Lafond.

Malgré ces conditions défavorables, « Les familles cherchent traditionnellement à acheter au printemps ou au début de l’été afin de s’installer avant la rentrée scolaire », rappelle MeilleursAgents.com, qui entrevoit ainsi une seconde raison de soutien aux prix du marché.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ttini il y a 6 mois

    on ne parlait jamais d'emprunt sur 20,25 ou 30 ans. la "norme" c'était 15 ans.

  • ttini il y a 6 mois

    avant 2000 les taux étaient beaucoup plus élevés, et pourtant on avait un pouvoir d'achat immobilier plus important. va comprendre

  • ttini il y a 6 mois

    c'est un choix, payer un loyer à vie ou se "sacrifier" pour beaucoup d'acheteurs. les emprunts sur 25 voire 30 ans ne sont plus rares. avec effectivement 1/3 du revenu qui part (beaucoup plus avec foncier, charges). il est temps que ça éclate.

  • bearnhar il y a 6 mois

    Un marché sain, avec des règles de concurence saines, devrait se réguler seul, l'état, en intervenant sans arret, dérègle le marché, en plus de taper dans la richesse nationale dont ça n'est pas le role d'intervenir dans l'immobilier et d'aider au paiement des loyers. Que l'état s'occupe d'imposer un quota de logements sociaux ok, mais pour moi son role s'arrete là. C'est mon avis. Et fin de la directve travailleurs détachés qui est une esc...ie

  • bearnhar il y a 6 mois

    Bah tiens, c'te bonne blague, ça fait comme l'APL, le loyer est cher mais bon vous allez y arriver vu que c'est l'état qui en paye une partie ! Faudra nous expliquer en quoi c'est le role de l'état de payer une partie du loyer des gens, mais bien sur on ne peut meme plus poser la question, comme tant d'autres choses c'est devenu un acquis social. Bon, je suis hors sujet mais j'avais envie de l'écrire.

  • kpm745 il y a 6 mois

    Peut-être que sibile va nous expliquer pour quelle raison le gouvernement propose des incitations fiscales (PTZ, Duflot, …) alors que les prix grimpent et ont plus que doublés en 10 ans (voir stat. Friggit) ? Il y a bien un complot organisé pour transformer le peuple de France. L’immobilier en est un vecteur et va de pair avec les flux d’immigration

  • bourrmax il y a 6 mois

    le peuple viendra chercher

  • sibile il y a 6 mois

    de quelle "bulle immobilière" parle-t-on ? la correction des prix à la baisse dure depuis plusieurs années et a atteint 20% en région ; c'est au contraire un marché sous évalué que l'on a actuellement, et les prix vont repartir à la hausse comme dans la plupart des pays

  • M7403983 il y a 6 mois

    Une finance à l'envers avec l'acquiescement de nos politiques ... Donner de l'argent pour bâtir une résidence principale avec 3000 euros de revenus pour un couple ? Cela ne m'étonne pas que nous approchions dangereusement des 100% de dette sur PIB !

  • bsr16 il y a 6 mois

    @KPM745 Les conséquences sont désastreuses : Arrivée de main d’œuvre étrangère dans le bâtiment ....nous ne sommes plus en France mais en Europe donc oui il va y avoir du nivellement par le bas et ce n'est pas fini