Immobilier : les prix devraient baisser en 2012

le
0
INFOGRAPHIE - Les prix des logements anciens sont restés stables en France au quatrième trimestre 2011. Sur l'ensemble de l'année, ils ont progressé de 4,3%, selon l'Insee. Et de 14,7% à Paris.

Après deux années de hausses vigoureuses et parfois vertigineuses, les prix de l'immobilier ont marqué le pas dans toute la France en fin d'année 2011. Ce véritable coup de frein s'est traduit au quatrième trimestre par une stabilité des prix des logements anciens (+0,1%), selon les statistiques de l'Insee, publiées jeudi. Et sur un an, les prix n'ont augmenté «que» de 4,3% en moyenne (+6,7% pour les appartements et +2,6% pour les maisons) après avoir grimpé de 8,5% en 2010.

Néanmoins, en Ile-de-France, région la plus peuplée de France, la hausse des prix annuelle est restée spectaculaire. Elle a atteint 10,6% en moyenne dans les départements franciliens (petite et grande couronne). Et 14,7% à Paris intra-muros (après une envolée de 17,5 % en 2010!). Dans la capitale, les prix des logements anciens ont atteint de nouveaux sommets au quatrième trimestre, avec un prix moyen au mètre carré à 8.390 euros, selon la Chambre des notaires Paris-Ile-de-France.

Dans sept arrondissements sur vingt, les prix dépassent même le seuil symbolique de 10.000 euros le mètre carré. Certaines tran­sactions vont bien au-delà. Sur ­les Champs-Élysées, un appartement de 150 m² a été vendu 40.000 euros le mètre carré en 2011! Cette nouvelle flambée ­s'explique en partie par le fai­ble nombre d'appartements parisiens vendus (en bais­se de 14% au quatrième trimestre par rapport à la même période de 2010), notent les notaires. Mais, «il semble que les arbres aient atteint le ciel», prévient Christian Lefebvre, président de la Chambre des notaires de Paris-Ile-de-France, notant un changement de tendance à la fin de l'année dernière. «Sur les trois derniers mois de l'année 2011, les prix sont ainsi quasiment restés stables à Paris (+0,2%). Dans neuf arrondissements, ils ont même baissé», précise Thierry Delesalle, notaire à Paris.

Une correction de 5 à 10% attendue

Ce petit retournement de marché s'est poursuivi en ce début d'année, comme en témoignent les avant-contrats signés en janvier à 8250 euros le mètre carré en moyenne, selon la Chambre des notaires. Même constat dans les autres communes d'Ile-de-France, où les prix ont commencé à légèrement baisser dès le quatrième trimestre 2011 (-0,7% en petite couronne et -0,9% en grande couronne).

«Pour la première fois depuis longtemps», les notaires franciliens anticipent une baisse des prix de 5 à 10% dans toute la région, Paris inclus. «Mais cette rupture avec le long cycle haussier ne sera durable que si la construction neuve s'accélère durablement en Ile-de-France pendant plusieurs années», préviennent-ils. Dans le reste de la France, les prix devraient connaître la même pente. La Fnaim et les notaires tablent ainsi sur une correction de 5 à 15% en moyenne cette année. Alors que certaines banques ont durci leurs conditions de crédit et que de nombreux ménages sont moins confiants dans leur avenir, les professionnels s'attendent à une baisse des ventes. D'autant que de nombreux Français ont anticipé en 2011 la fin de plusieurs dispositifs (PTZ+ dans l'ancien, baisse des avantages Scellier...): 828000 ventes ont ainsi été conclues entre octobre 2010 et septembre 2011. Un nombre élevé, en hausse de 12% sur un an.


LIRE AUSSI:

» Les prix de l'immobilier résistent encore à Paris

» Le crédit immobilier risque de décrocher en 2012

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières à Paris avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant