Immobilier : les prix dans l'ancien baissent, surtout à Paris

le
6
Selon les agents immobiliers, les prix de l'immobilier ancien ont légèrement reculé (entre 1,6% et 3%) en France en 2013. Et il faut s'attendre à un recul de même nature cette année.

Oui, les prix des appartements et maisons anciens baissent. Non, ils ne vont pas s'effondrer. Tel est le sentiment des agents immobiliers au moment de faire part de leur activité en 2013 et de leurs prévisions pour 2014. Concrètement, ils ont tous constaté un recul modéré des prix de l'immobilier en France l'année dernière. Une baisse comprise dans une fourchette de -1,6% selon Guy Hoquet à - 3% selon Orpi. Century 21 indiquant une baisse de 1,8% et Laforêt de 2%.

Le cru 2013 a donc confirmé le mouvement de baisse des prix de l'immobilier timidement ébauché en 2012 avec un recul des tarifs proche de 2%. Du coup, les prix de l'immobilier en France restent à un niveau très élevé: ils ont encore augmenté de près de 7% depuis la crise survenue en 2008 après avoir grimpé en flèche (+79%) entre 2000 et 2007. Selon Laforêt, le m2 vaut en moyenne 2871 euros. Avec une meilleure valorisation en appartement (3 622 ¤) qu'en maison (2063 ¤).

Malgré cela, contrairement aux agences de notation, les agents immobiliers ne croient pas à un décrochage significatif des prix cette année. IIs s'attendent à ce que le même scénario se reproduise en 2014. En clair que les prix baissent au même rythme que lors des deux exercices précédents. «Si les taux d'intérêt des crédits immobiliers restent stables, on aura un recul inférieur à 2%, estime Laurent Vimont, PDG de Century 21. En revanche, s'ils remontent progressivement, la baisse sera plus forte, de 2 à 3%». «La baisse des prix ne devrait pas excéder 2%», estime-t-on de façon convergente chez Laforêt et Orpi.

Recul important à Paris, une première depuis 15 ans

Reste que ce schéma global ne tient pas compte des particularités locales. Quand on regarde de plus près, les évolutions sont très contrastées. Ainsi, en 2013, l'évolution la plus significative est intervenue à Paris où les prix ont nettement reculé (-3,9% selon Century 21). Malgré ce recul, le m2 demeure au-dessus de 8000 euros (8190 euros). Cette baisse fait figure d'événement car les prix de l'immobilier n'avaient pas baissé dans la capitale depuis une quinzaine d'années.

Ce décrochage est particulièrement marqué dans l'immobilier de luxe, avec -selon le réseau d'agences Barnes- des baisses de tarifs allant jusqu'à 20% pour des hôtels particuliers. Du coup, Paris a perdu une place dans le classement des villes les plus chères du monde pour l'immobilier établi par Barnes. La capitale française est désormais cinquième devancée par Londres, New-York et Hong-Konf mais aussi... Miami.

En province, l'évolution est contrastée, avec selon Century 21 treize régions où le prix de l'immobilier a baissé en 2013 et sept où il est monté. Ainsi, dans les Pays de la Loire, le recul est très marqué (-7,8%) alors qu'en Limousin les prix ont repris des couleurs (+7,6%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 9 jan 2014 à 13:43

    Baisse de 20% d'hotels particuliers qui ne concerne que 1% des acheteurs mais le prix de l'appart moyen qui concerne 99% des acheteurs n'a pas baissé, lui.

  • Haroun75 le lundi 6 jan 2014 à 23:19

    Faux. A Paris la baisse est (au mieux) de 2 x 2% soit un peu moins que 4%. Pour beaucoup de biens immobilier, à Paris toujours, la baisse est > à 6% depuis le 1° janvier 2013. N'importe quel agent sérieux vous dira que la baisse va continuer dans les mêmes proportions en 2014.

  • ben.doir le lundi 6 jan 2014 à 18:51

    Balivernes. L'immobilier français ne baisse jamais et encore moins à Paris....la situation doit être bien pire si meme le.lobby reconnait 1 baisse.

  • zerathef le lundi 6 jan 2014 à 15:34

    Le décrochage du marché : lorsque l'ETAT sera le dos au mur avec une dette de + 100%/PIB et un déficit qui de 100 Milliard €/an sans espoir de baisse autrement que par une pression fiscale énorme sur les particuliers. Ceci ajouté à un chômage REEL qui croît de 1 million/an --> correction sensible des prix et peu d'acheteurs.

  • gacher le lundi 6 jan 2014 à 14:22

    on est géré par lé roi des c.o. n.s. qui est le chef de tous les représentants du PS. Au pays des ta rés les c.o.ns sont roi

  • M6197799 le lundi 6 jan 2014 à 12:26

    L'écroulement des prix de appartements de luxe et des hôtels particuliers vient du départ massif des très riches ; c'est un indicateur de plus qui montre que l'exil fiscal s'amplifie et que la France s'appauvrit encore plus vite car ces riches vont aller dépenser leur argent ailleurs. Mais c'est ce que veulent la majorité des français (de droite comme de gauche) : couper la tête à tout ce qui dépasse !