Immobilier : les prix augmentent partout en Europe sauf... en France

le
7

INFOGRAPHIE - D’après les prévisions de l’agence S&P, les prix de l’immobilier français chuteront de l’ordre de 3% en 2015. La hausse des prix, attendue à partir de 2017, sera conditionnée par une croissance stable et une baisse du chômage.

L’amélioration des conditions économiques conjuguée à des taux très bas provoqueront en 2015 une hausse quasi-générale des prix de l’immobilier en Europe, selon l’agence Standard & Poor’s (S&P). Ainsi pour la zone euro, c’est l’Irlande qui devrait connaître la croissance des prix la plus forte (9%), suivie de l’Allemagne (5%), du Portugal (4%) et des Pays-Bas (3%). Les prix repartent à la hausse en Espagne (2,5%) et se stabilisent en Italie. Seules la France et la Belgique vont connaitre une baisse des prix en 2015, de -3% et -2% respectivement. Hors de la zone euro, Standard & Poor’s table sur une croissance toujours forte des prix au Royaume-Uni (7%) et un atterrissage en douceur en Suisse (1,5%).

En France, si le marché immobilier devrait rebondir grâce à la reprise économique et des taux bas, les prix, contrairement devraient accuser une baisse de l’ordre de 3% en 2015. Ce décrochage français qui perdure depuis 2013 (voir infographie) est notamment lié à la montée constante du chômage. «Au premier trimestre, l’emploi a reculé une nouvelle fois et il y a peu de signes d’une inversion de tendance imminente», note S&P.

Une stabilisation en 2016 et une hausse en 2017

Pour que les prix repartent à la hausse dans l’Hexagone, deux éléments devront impérativement être liés: la baisse du chômage et une croissance du PIB stable. «Hors un choc externe, la reprise actuelle en France va gagner un peu d’ampleur dans les prochaines années, avec une croissance du PIB atteignant 1,6% en 2016 et 1,5% en 2017», estime S&P. Le taux de chômage pourrait quant à lui diminuer légèrement à 10,4% en 2016 et 10,2% en 2017, contre 10,5% cette année, toujours selon l’étude S&P.

Selon l’agence de notation, les taux d’emprunt de l’État français devraient continuer d’augmenter à partir de la fin de l’année 2015. Les taux immobiliers suivront. Ce qui aurait in fine un effet positif sur les prix. De plus, la croissance de la demande, due à l’évolution démographique, et la chute des mises en chantier devraient limiter la baisse des prix. Ainsi S&P table sur une stabilisation en 2016, puis une reprise de la hausse des prix de la pierre française en 2017 (+3%).

Flambée des prix en Irlande et en Allemagne

Chez nos voisins Allemands, c’est tout le contraire! La-bàs, les prix de l’immobilier devraient continuer à augmenter en 2015 (+5%). Cette situation qui perdure depuis 2013 est liée à une économie dynamique et un faible taux de chômage. Le déséquilibre entre l’offre et la demande dans certaines métropoles allemandes joue également en faveur de la montée des prix. Les prix des maisons ont augmenté de 6,1% sur un an en moyenne au premier trimestre 2015 et de 5,9% en mai, contre seulement 2,8% en 2014 d’après la plateforme de transaction pour les prêts immobiliers, Europace AG.

Sans véritable risque de formation d’une bulle, S&P prévoit une augmentation, certes moins importante, des prix de l’immobilier allemand (+ 4,5 % en 2016 et + 3,5 % en 2017), alors que, toujours selon l’agence de notation américaine, la croissance du PIB de l’Allemagne devrait s’établir à 2% en 2015, 2,2 % en 2016, et à 1,7 % en 2017.

La palme d’or de la plus forte hausse des prix de l’immobilier revient à l’Irlande. Si le chiffre record de 16,2% établi en 2014 ne sera pas battu, les prix des maisons devraient toutefois augmenter de 9% cette année. L’Irlande est le pays qui a connu la plus forte croissance en 2014 (+4,8%). Pour 2015, le PIB est encore attendu en hausse de 4,2%, puis 3,8% en 2016, et 3,2% en 2017. Alors que pour la zone euro, les prévisions de croissance ne s’élèvent qu’à 1,6%, 1,9% et 1,7%, respectivement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 6 aout 2015 à 18:04

    Les prix de l'immobilier en France c'est une honte, la loi du marché va le rappeler. Qu'on ne vienne pas me dire que c'est le coût de la main d'œuvre ou des matières premières, c'est simplement de la spéculation sur les terrains, on détruit la campagne pour construire des lotissements qui seront des bidonvilles avant 50 ans.

  • virot123 le lundi 3 aout 2015 à 09:26

    si les prix ont augmenté moins vite en Allemagne, c'est maintenant équivalent, voire plus cher, sauf dans les anciens appartements des villes de l'ex Allemagne de l'est. dans les grandes villes (Munich, mainz, Francfort) c'est les mêmes prix que Lyon ou Toulouse. certes les loyers sont un peu plus bas, mais avec des locataires qui restent des dizaines d'années, et donc bien plus rentables qu' ici ou la rotation des locataires fait perdre aux proprios 2 à 3 mois de loyers minimum régulièrement

  • M802641 le lundi 3 aout 2015 à 05:30

    Cela ne peut que baisser en France, notamment dans les grandes agglomérations et Ile de France, car le prix de l'immobilier y est stratosphérique ! Et si les prix augmentent ailleurs, c'est parce qu'il y a de la demande les investisseurs voulant y être. Ce n’est pas le cas en France en ce moment et en résidence secondaire, c'est le désert absolu avec impossibilité de vendre un peu partout. Cherchez l'erreur.!

  • fortunos le lundi 3 aout 2015 à 01:04

    il y a encore des progres a faire pour arriver au niveau du pays modele:l'Allemagne ou l immobilier coute 30 a 40 % moins cher!!!

  • remimar3 le dimanche 2 aout 2015 à 11:30

    En matière d'immobilier les français ont subi une hyperinflation des prix entre 2000 et 2007. La ponction sur le revenu des ménages qui en a résulté, et qui contribue à empêcher les nouveaux acquéreurs actuels d'accéder à la propriété, aura un impact de longue durée sur la consommation des ménages. Encore une fois nos gouvernants ont manqué de vision et d'anticipation en laissant s'installer cette hausse abusive dont il faut maintenant payer le prix.

  • kpm745 le samedi 1 aout 2015 à 09:56

    L'immobilier dans tous les pays Européens a baissé nettement après la période spéculative sauf en France. Les prix en France sont restés trop hauts et déconnectés du revenu des ménages (voir statistiques Friggit).

  • lsleleu le vendredi 31 juil 2015 à 20:23

    En matière d'immobilier au fils des semaines, on apprends tout et son contraire, il serait temps que les "spécialistes" avouent qu'ils n'y comprennent rien ou bien qu'ils accordent leurs violons