Immobilier : les jeunes s'endettent toujours plus longtemps

le
1
Pour investir dans la pierre, les ménages de moins de 30 ans empruntent à 25 ans en 2011, contre 20 ans en 2005, selon l'Insee. Il s'agit de faire face à la flambée du marché et de profiter des taux bas.

Entre 2005 et 2011, la durée des prêts immobiliers contractés par les jeunes de moins de 30 ans s'est allongée de cinq ans, passant ainsi de 20 à 25 ans, indique l'Insee dans une étude parue ce jeudi. Pour les 30-39 ans, la durée d'emprunt a augmenté de quatre ans, de 19 à 20 ans. «À l'inverse, les ménages plus âgés s'endettent pour leur résidence principale sur des durées plus courtes», explique l'Insee. Mais plus qu'une acquisition, ils financent ainsi des gros travaux. Au total, les Français ont vu leur durée moyenne d'emprunt s'allonger d'un an, de 15 à 16 ans sur la période étudiée.

Pourquoi les jeunes s'endettent-ils dorénavant sur un quart de siècle? Une conjonction de facteurs explique ce phénomène. D'abord, entre 2005 et 2011, le prix de la pierre a flambé de 29%, soit 4% par an. Sur la même période, les ménages ont vu leurs revenus n'augmenter que de 12%. «Les ménages primo-accédants ont par conséquent dû accroître leur montant d'endettement plus fortement», expose l'Insee. L'endettement pour l'habitat a ainsi bondi de 81%, passant de 442 milliards d'euros début 2005 à 800 milliards fin 2011!

Les jeunes Français n'ont pu gonfler leurs emprunts que parce que les taux d'intérêt étaient très bas (jusqu'à 3,48% en novembre 2005, puis 5,32% en 2008 et enfin 3,43% en 2010). «Les ménages ont pu, à capacité de remboursement donnée, s'endetter sur des durées plus longues», relève l'Insee. En revanche, le nombre ménages endettés, lui, n'a augmenté que de 6% sur la période.

Pas d'impact sur le niveau de vie

Cet endettement sur 25 ans au lieu de 20 ne risque pas d'avoir d'impact significatif sur le niveau de vie des ménages. Leur endettement représente toujours autour de 10% de la valeur du bien immobilier acquis. D'autre part, la charge de remboursement reste stable et concernait en 2011 plus de 20% du revenu. Enfin, les ménages qui se sont endettés pour investir dans la pierre sont moins nombreux que le reste des Français non endettés à déclarer s'interdire certaines dépenses pour pouvoir rembourser leurs traites.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 le jeudi 14 nov 2013 à 10:22

    Acheter à ces prix pour un primo, c'est être un pigeon et fière de l'être ou bien être un imbécile heureux.